Rapport d’Activités FONGDD . 2016

,j1)

RAPPORT D’ACTIVITES 2016

CONAKRY, Mars 2017

SOMMAIRE

ABREVIATIONS/ACRONYMES 3

0. INTRODUCTION 5

I. LE CONTEXTE D’INTERVENTION DU FONGDD EN 2016 6

II. LES ACTIVITES REALISEES PAR LE FONGDD EN 2016 7

III. LA PARTICIPATION DU FORUM AUX ACTIVITES DES ORGANISATIONS MEMBRESNON MEMBRES ET DES PARTENAIRES NATIONAUX ET INTERNATIONAUX 8

IV. LA PARTICIPATION DU FONGDD AUX ACTIVITES DU REPAOC 11

V. LES CONTRAINTES/DIFFICULTES/DEFIS 12

VI. LES PERSPECTIVES POUR 2017 12

ABREVIATIONS/ACRONYMES

ABLOGUI – Association des Blogueurs de Guinée
ACTED : Agence d’Aide à la Coopération Technique et au Développement
CBC : Cellule BALAI CITOYEN
BM : Banque Mondiale
CA : Conseil d’Administration
CANEG : Convention des Acteurs Non Etatiques
CEDEAO : Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest
CENAFOD : Centre Africain de Formation pour le Développement
CENI : Commission Electorale Nationale Indépendante
CODE : Consortiumpour l’Observation Domestique des Elections
COFFIG : Coalition des Femmes et Filles de Guinée pour le dialogue, la Consolidation de la Paix et le Développement
COFEL : Coalition des Femmes Leaders de Guinée
COJELPAID – Convergence des Jeunes Leaders pour la Paix et la Démocratie
CNOSCG : Conseil National des Organisations de la Société Civile
CNOSC-DDG : Conseil National des Organisations de la Société Civile pour le Développement et la Démocratie
CONAG-DCF : Coalition Nationale de Guinée pour les Droits et la Citoyenneté des Femmes
CONASOC – Coalition Nationale des Organisations de la Société Civile guinéenne
CPRN : Commission Provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale en Guinée
DSRP : Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté
ESR Toolkit : Elections Situation Room
EGTACB :Technical Assistance and Capacity Building for Economic Governance
ESR : Election Situation Room
FED : Fonds Européen de Développement
FEMJEUGUIP : Plateforme des Femmes et Jeunes de Guinée pour la Paix
FIP : Forum International des Plateformes d’ONG Nationales
FONGDD: Forum des ONG pour le Développement Durable
FSOA : Forum Social Ouest Africain
IFES : Fondation internationale pour le système électoral
LEJEPAD-GUINEE : Leadership pour la paix et le développement en Afrique
OGDH : Organisation Guinéenne des Droits de l’Homme
ONG : Organisation Non Gouvernementale
OSC : Organisation de la Société Civile
OSIWA :Open Society Initiative for West Africa
PASOC: Programme d’Appui à la Société Civile
PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement
PREMA :Programme de Réforme de l’Etat et de Modernisation de l’Administration
RAJ-GUI : Réseau Afrique Jeunesse-Guinée
REPAOC : Réseau des Plateformes d’ONG Nationales de l’Afrique de l’Ouest et du Centre
ROSE – Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Observation et le Suivi des Elections
SCAC : Service de Coopération et d’Action Culturelle
SFCG : Search For Common Ground
UCEP : Unité de Coordination et d’Exécution des Projets
UE : Union Européenne
WANEP-Guinée – West Africa Network for PeaceBulding/Réseau Ouest Africain pour l’Edification de la Paix en Guinée.

0. INTRODUCTION

Le présent rapport rend compte des activités du Forum des ONG pour le Développement Durable durant l’année 2016. Il s’articule autour de sept (7) points. A savoir :

 Le contexte d’intervention du Forum des ONG pour le Développement Durable (FONGDD) en 2016

 Les activités réalisées par le FONGDD en 2016

 La participation du forum aux activités des organisations membres non membres et des partenaires nationaux et internationaux

 La participation du FONGDD aux activités du Réseau des Plateformes d’ONG Nationales de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (REPAOC)

 Les contraintes/difficultés/défis

 Les perspectives pour 2017

I. LE CONTEXTE D’INTERVENTION DU FONGDD EN 2016

L’année 2016 à l’image de 2015 a été une année de défis et d’enjeux majeurs pour le développement.
Si la Guinée est parvenue à enrayer l’épidémie d’Ebola, celle-ci a laissé de graves séquelles auxquelles le pays continue de faire face. Selon les chiffres du mois de décembre 2015, le virus a coûté la vie à plus de 11 300 personnes en Guinée, au Sierra Leone et au Libéria, dont plus de 500 personnels de santé.
Avec une population guinéenne qui s’établit à 10, 523 261 millions d’habitants selon le troisième recensement général de la population et de l’habitation effectué du 1er mars au 2 avril 2014 sur l’ensemble du territoire national et publié officiellement en décembre 2015, le pays se relève lentement de l’épidémie d’Ebola et de la chute des prix des matières premières, deux chocs qui ont nui à son économie en 2014 et 2015. C’est pourquoi, il est devenu impératif pour la Guinée, d’une part, de maintenir le cap de la réforme macroéconomique et budgétaire, et, d’autre part, assurer la stabilité sociale et politique.
Un contexte socio politique toujours dominé par des tensions entre acteurs politiques. Après plusieurs rencontres et médiation entre ces acteurs, un Accord politique a été signé le 12 octobre 2016.
La Guinée doit par ailleurs faire face à la suspension du projet minier de Simandou. Ce projet ambitieux qui demande un investissement d’un montant de 20 milliards de dollars devait permettre d’exploiter et de commercialiser sur le marché international un minerai de fer de qualité supérieure et de créer 50 000 emplois. En juillet 2016, la principale partie prenante du projet, la société Rio Tinto, a fait part de sa décision de réduire ses activités à Conakry et en Guinée plus généralement entrainant ainsi la perte d’emplois pour des centaines de guinéens dans les zones d’intervention du projet.
A cela s’ajoute la rareté des ressources et des financements du côté des partenaires techniques et financiers malgré leur présence dans le pays. Tous les efforts de financement ont été plutôt orientés vers le renforcement du système sanitaire et d’autres secteurs prioritaires définis par le gouvernement et les organisations de la société civile ne bénéficient toujours pas d’appuis financiers de l’Etat.
Voilà dans quel contexte difficile, que les acteurs de la Société Civile en général et en particulier le Forum des ONG pour le Développement Durable a évolué durant 2016.Toutefois, le forum renforcé le partenariat avec d’autres organisations et pris part à des activités initiées par celles-ci et par les structures de l’Etat.

II. LES ACTIVITES REALISEES PAR LE FONGDD EN 2016

Durant 2016, peu d’activités ont été initiées par le FONGDD, en raison des difficultés liées au financement.
Toutefois le FONGDD a pu renforcer la collaboration avec les membres de la plateforme et les autres acteurs de la société civile et des acteurs de l’administration publique. Et l’une des activités importantes a été la restitution de toutes les sessions du comité de pilotage qui s’inscrivaient dans le cadre des activités de la plateforme de concertation des OSC et des acteurs de la réforme de l’Etat et de la modernisation de l’administration publique. Un espace de redevabilité sociale apprécié par les OSC mais aussi par les cadres et autres techniciens impliqués dans les échanges.
Cette activité prévue dans la composante 2 d’un projet financé par la Banque Mondiale (BM)s’inscrivait dans le cadre de l’amélioration de la gouvernance par le gouvernement guinéen. Son engagement s’est traduit par la prorogation du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP).
Il a identifié des domaines majeurs nécessitant une action afin de stabiliser le pays et de jeter les bases d’une meilleure gouvernance.
Le projet est aussi la suite logique du réengagement des efforts de la Banque Mondiale en Guinée pour renforcer les capacités du secteur public et de la société civile à œuvrer ensemble.
Ainsi, le Gouvernement a lancé les réformes du secteur public pour lutter contre les mauvaises pratiques de gouvernance afin de restaurer l’autorité des institutions publiques dans les domaines de la gestion des finances publiques et de la Fonction publique.
La plateforme mise en place à cet effet a régulièrement tenu des comités de pilotage de 2015 à 2016 autour des thèmes liés aux grandes réformes initiées par la Guinée. Des réformes qui concernent plusieurs secteurs parmi lesquels, la fonction publique, la décentralisation, les finances publiques et le budget, la jeunesse et l’emploi, les mines, la justice, la sécurité, l’agriculture et l’éducation.

Le Forum des ONG a participé à ces sessions et aux sessions de formations organisées dans le cadre du renforcement des capacités des OSC et des médias.

Ainsi, le Forum des ONG a organisé 9 séances de restitution regroupant à chaque fois, les membres du Forum et le personnel administratif mais aussi d’autres organisations partenaires.
Toujours dans le cadre de cette activité, le Forum des ONG a pris part en Octobre 2016 à un voyage d’échanges au Sénégal du 25 au 29 Septembre 2016, une mission d’échanges d’expériences en matière de réformes de la gouvernance publique au Sénégal.
Un voyage également inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Gouvernance et responsabilité du secteur public », initié par le gouvernement guinéen sur financement de la Banque mondiale, en collaboration avec le Programme de Réforme de l’Etat et de Modernisation de l’Administration (PREMA) et l’Unité de Coordination et d’Exécution des Projets (UCEP). L’équipe était composée de Search for Common Ground, de l’administration publique, des représentants des organisations de la société civile parmi lesquels le FONGDD et des médias.
Le choix du Sénégal s’explique par :
 La bonne entente entre les pouvoirs publicsguinéens et sénégalais.
 Les bonnes relations de collaboration que la Guinée entretient avec le Sénégal dans le cadre de la mise en œuvre des réformes. En effet, les acteurs publics de la réforme de l’Etat et de la modernisation de l’administration publique avaient eux aussi choisis le Sénégal lors de la visite qu’ils ont effectuée en juillet 2016.
 La proximité institutionnelle et démographique des deux pays. Ce qui fait que si les enjeux en matière de réformes de l’Etat ne se confondent pas, ils sont semblables.
 Enfin, le Sénégal a mené des réformes semblables à celles engagées en Guinée que le pays a réussi de pérenniser. Ce qui fait de ce pays, un des pays le mieux noté en matière de gouvernance publique en Afrique.
 De façon spécifique, l’objectif de cette visite d’échange était de permettre à la partie guinéenne composée d’acteurs de la société civile, des médias et des instances chargées de coordonner et de financer les réformes d’apprendre de l’expérience Sénégalaise en matière de pérennisation des acquis des réformes en matière de gouvernance publique.

De manière plus spécifique, il s’agissait surtout de :
– Permettre aux acteurs de la réforme, notamment les OSC, d’apprendre de l’expérience des OSC Sénégalaises dans le suivi et la pérennisation des actions engagées en matière de réforme par les pouvoirs publiques ;
– Permettre aux acteurs guinéens, publics et privés, de cerner les pratiques et autres innovations institutionnelles qui ont permis de viabiliser les réformes de l’Etat en les maintenant dans le temps, c’est à dire longtemps après que les financements extérieurs aient pris fin.
– Permettre également aux OSC Guinéennes d’apprendre du fonctionnement des OSC Sénégalaises en vue d’une amélioration de leur gouvernance interne ;
– Faciliter les liens de coopération entre les OSC Sénégalaises et celles Guinéennes.

III. LA PARTICIPATION DU FORUM AUX ACTIVITES DES ORGANISATIONS MEMBRES, NON MEMBRES ET DES PARTENAIRES NATIONAUX ET INTERNATIONAUX

Dans le but de renforcer le partenariat avec les autres organisations de la société civile, les programmes et projets, les partenaires techniques et financiers sur le terrain tant au niveau national que régional, le FONGDD a pris part à plusieurs rencontres d’intérêt initiées à cet effet.
Participation aux sessions des comités de pilotage de la plateforme de concertation entre les OSC et les acteurs de la réforme de l’Etat et la modernisation de l’administration publique. En tout 5 sessions ont été organisées en 2016 autour des thématiques suivantes :

 5èmesession le 23 mars 2016, 6ème session le 16 juin et 7ème session le 22 juillet 2016, 8ème session le 18. Aout 2016 et enfin la 9ème et dernière session de la plateforme le 7 septembre 2016.

Des moments riches en informations et en échanges d’expériences sur les thèmes débattus.

• Présentation du rapport national sur la réconciliation par la CPRN31 mai 2016
La Commission Provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale en Guinée (CPRN) a organisé les consultations nationales, avec l’appui technique deAfrica Label Group s.a. (ALG), du 7 mars au 11 avril 2016. Les populations se sont exprimées sur les mécanismes à mettre en place en vue de la réconciliation nationale. Les propositions recueillies ont été consolidées dans un rapport final que le cabinet international a soumis à la CPRN.
Une session de travail a été organisée par la CPRN du 13 au 14 mai 2016 pour recueillir et harmoniser les commentaires et autres considérations des partenaires au projet, des membres du Comité consultatif et des coordonnateurs régionaux. Le Cabinet ALG les a pris en compte pour produire le rapport final des consultations, objet de l’atelier organisé le mardi 31 mai 2016.
Les objectifs étaient de présenter un rapport synthétique sur la tenue des consultations nationales et les opinions recueillies sur les mécanismes à mettre en œuvre et de recueillir les observations générales des différentes composantes de la nation sur le travail réalisé.
Les consultations nationales sur les mécanismes de gestion durable des crises sociopolitiques passées en Guinée ont été appréciées par l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus et ont débouché sur une panoplie de propositions à entreprendre en vue de réaliser la réconciliation tant souhaitée.
La remise officielle du rapport sur les consultations nationales au Président de la République par les co-présidents de la Commission Provisoire de Réconciliation Nationale a eu lieu le 29 juin 2016. Le gouvernement et plusieurs acteurs de la vie sociopolitique et économique du pays ainsi que les partenaires bi et multilatéraux de la Guinée ont pris part à cet évènement.
• Participation au lancement du nouveau projet dénommée « la Synergie d’Action des Plates-formes de la Société Civile Guinéenne » (SAP) de IFES.
Cette initiative a vu le jour le 28 octobre 2016 avec la facilitation d’IFES (Fondation internationale pour le système électoral). Elle regroupe six (6) plateformes de la société civile guinéennes que sont : le CNOSCG, la CONASOC, la CANEG, le CNOSC-DDG, la CODDH et le BALAI CITOYEN.
L’objectif de cette initiative est de réunir les plateformes d’organisations de la société civile autour d’un idéal commun afin de réaliser des actions d’intérêt national notamment des projets et programmes de développement et des actions de plaidoyer et de lobbying.
• Participation des membres du FORUM au FSOA de Conakry les 13, 14, 15 juillet 2016 au Palais du peuple à Conakry
Le thème du forum était, faut-il le rappeler, ‘’Après plus de deux décennies de mobilisation, quels défis de gouvernance dans un contexte de crises politique, socioéconomique et sécuritaire et quelles réponses du mouvement social’’.
La rencontre a été sanctionnée par une déclaration dite « Déclaration de Conakry » que nous avons publié sur notre site web.
• Participation du FONGDD, le Mardi 6 sept 2016 au CENAFOD à la réunion de Regard Citoyen pour l’examen des dossiers de candidatures de consultant pour la capitalisation des actions de Regard Citoyen.

• Participation du 26 au 30 septembre 2016 à l’atelier de Kindia de la plateforme Regard citoyen, une plateforme appelée REGARD CITOYEN engagé dans l’observation des processus électoraux en Guinée et composée du CNOSCG, du CODE, du CENAFOD, de la COFFIG, de WANEP, d’ABBLOGUI, de ROSE, de l’OGDH, du LEJEPAD,de la CONAG-DCF, de la COFEL, du FONGDD, de RAJ-GUI et de COJELPAID.
L’atelier de Kindia s’inscrivait dans la perspective de corriger les imperfections enregistrées lors de sa première expérience en 2015, la plateforme REGARD CITOYEN a sollicité une assistance financière et technique auprès d’OSIWA pour le renforcement des capacités des OSC membres.
C’est dans ce cadre que le projet intitulé « projet de veille de la société civile guinéenne, pour des élections paisibles et crédibles » que ladite plateforme a bénéficié d’un avenant qui a permis de regrouper 20 participants dont 2 femmes, des organisations membres du réseau REGARD CITOYEN, dans la commune urbaine de Kindia avec pour objectif général d’outiller l’ensemble des OSC membres, sur les stratégies de mise en œuvre de l’outil ESR Toolkit (Elections situation room), dans la gestion des élections.
• Participation à la rencontre d’Informations et d’échange avec les Organisations de la Société Civile et les partis politiques, organisée par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) en septembre à Conakry.

Elle se situait dans le cadre des préparatifs des élections locales de 2016. La CENI à travers son Comité Inter-parties a donc organisé cette rencontre d’information et d’échange avec les acteurs impliqués dans le processus électoral. La salle des Actes du Palais du Peuple a servi du cadre à la rencontre.
Les points ci-dessous inscrits à l’ordre du jour ont été discutés.
– Mission d’actualisation de la cartographie et de relocalisation des électeurs.
– A ce niveau, le découpage effectué est 90%
– Activités de renforcement des capacités réalisées en faveur des différents acteurs.
– Les partis politiques ; les médias et les députés et les membres du cabinet sont déjà formés sur la communication en période électorale.
– Présentation du code électoral en 100 questions et des points saillants des aspects juridiques des élections locales.
– Choix du type d’élection et chronogramme des élections communales.

• Participation à l’élaboration du Manuel de Procédures de Regard Citoyen du 26 au 27 Octobre 2016 à l’Hôtel Mariador Palace avec la participation de 2 membres des 17 structures membres.

• Participation courant novembre et décembre 2016 à la réunion de travail avec les OSC faitières sur le processus d’attribution directe de subventions. L’initiative est du- PASOC/Programme d’Appui à la Société Civile sur financement de l’UE.

Les réunions successives au PASOC ont permis aux OSC faitières de débattre la question et de s’accorder sur les objectifs. Ces échanges ont également permis aux organisations de s’inscrire dans des groupes thématiques selon leurs spécificités ainsi que la répartition des rôles. Il s’agit des thématiques suivantes :
Thématique 1 : Accès des femmes et des jeunes aux sphères de décisions
Ce projet mobilisera RAJGUI (chef de file), FEMJEUGUIP et COFFIG comme Co demandeurs.

Thématique 2 : Suivi des politiques publiques
Ce projet sera animé par le CNOSC (chef de file), la CONASOC et le BALAI CITOYEN, Co demandeurs.

Thématique 3 : Gouvernance locale, Paix et citoyenneté
Sur ce thème seront rassemblés CANEG (chef de file), CNOSC- DDG et FONGDD, Co demandeurs.
La répartition des rôles s’est déroulée entre groupes thématique et validée.

IV. LA PARTICIPATION DU FONGDD AUX ACTIVITES DU REPAOC
Durant toute l’année 2016, le FONGDD en tant que membre du bureau du CA du Réseau des Plateformes d’ONG Nationales de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (REPAOC) a bénéficié d’un appui dans le cadre de la mise en œuvre du projet ACTED-REPAOC financé par l’UE, le FONGDD. L’appui a porté sur la réalisation d’un répertoire des membres et la création du site web de l’organisation. Le processus lancé en 2015 a été finalisé en 2016. Le FONGDD dispose désormais d’un site web actif et a édité un répertoire élargi à un certain nombre de partenaires. Ce répertoire tiré en 500 exemplaires a été diffusé auprès des membres et des différents partenaires.
Par ailleurs sur le plan de la communication, le FONGDD a été régulièrement informé des différentes activités internes et externes du REPAOC. Le FONGDD a aussi reçu tous les rapports et compte rendu de mission de même que les déclarations et autres documents élaborés dans le cadre des prises de position du réseau ou de ses membres.
V. LES CONTRAINTES/DIFFICULTES/DEFIS

Les contraintes/difficultés se résument comme suit :
• Insuffisance de ressources humaines liées à la faiblesse des ressources financières,
• Dispersion des efforts des membres et participation faible, ce qui ne facilitent pas l’atteinte des objectifs visés par la plateforme,
• Difficultés de mobilisation des membres,
• Manque d’intérêt des partenaires technique et financier pour le plaidoyer (seuls partenaires le PNUD, UE, OSIWA),
• Insuffisance d’outils de communication car très onéreuses,
• Faible implication dans la mise en œuvre des politiques publiques malgré les multiples plaidoyers auprès des décideurs et partenaires.

Au regard de ces difficultés, des défis importants restent à relever pour permettre au FONGDD de jouer son rôle et d’être un acteur représentatif de ses mandants.
L’un des défis majeurs reste la mobilisation des ressources pour le financement des actions du FONGDD. Un autre défi et non des moindres,est le renforcement des capacités des membres dans un contexte marqué par la logique de marché, de professionnalisme et concurrence et l’implication effective des OSC dans la mise en œuvre et le suivi des politiques publiques, de l’éducation citoyenne, de la consolidation de la paix et de l’unité nationale amis aussi de la protection de l’environnement et de la gestion efficace et efficiente des ressources naturelles du pays.
VI. LES PERSPECTIVES POUR 2017

Pour 2017, le Forum des ONG pour le Développement Durable développera des stratégies en vue de renforcer les partenariats existants avec l’ETAT à travers le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation et d’autres ministères techniques, avec des organisations et institutions comme l’UE à travers le PASOC, le bureau PNUD Guinée dans la mise en œuvre des projets dans les domaines de la gouvernance, de la lutte contre la pauvreté, de l’environnement, de la consolidation de la paix entre autres, OSIWA, le SCAC…..

Ainsi pour 2017, le Forum s’attèlera à relever d’autres défis et non des moindres en vue d’atteindre les objectifs qu’il s’est assigné. Il s’agit de:

 Tenir l’Assemblée Générale pour le renouvèlement des instances;
 Doter le FONGDD d’un plan de communication ;
 Mobiliser des ressources nécessaires pour la poursuite de la mise en œuvre du plan stratégique du forum ;

 Renforcer le partenariat avec les acteurs nationaux (société civile, administration publique, secteur privé, institutions nationales et internationales) d’une part et le REPAOC et ses plateformes membres, le Forum International des Plates-Formes d’autre part ;
 Contribuer à la mise en place de la plateforme nationale des OSC pour la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme en collaboration avec les acteurs impliqués dans ce processus ;
 Participer aux actions de plaidoyer et de campagnes aux niveaux national, régional et international ;
 Participer à la mise en place des cadres de concertation sur la gouvernance locale, la paix et la citoyenneté
 Contribuer à la mise en œuvre et au suivi des politiques publiques ;
 Poursuivre la mise en place des antennes régionales ;
 Elargir l’éventail d’action de mobilisation de ressources (montage de projets) ;
 Recruter du personnel.