RAPPORT D’ACTIVITES 2011

I.CONTEXTE D’INTERVENTION DU FONGDD EN 2011

Le 21 décembre 2010, le Pr Alpha CONDE est investi dans ses fonctions de premier président démocratiquement élu de Guinée. Pour les Guinéens de l’intérieur et de l’extérieur, c’est un nouveau départ pour le pays.
A partir de ce moment, il est prévu par la constitution d’organiser les élections législatives au bout de 6 mois, mais très malheureusement, sur des questions d’intérêt commun les acteurs impliqués sont divisés, entre autres :
 Le recensement ou la révision du fichier électoral ?
 Le renouvellement ou la recomposition de la CENI suivant le paysage politique ?
 La suspension des activités de la CENI ?
 L’audit du fichier électoral ?
 La neutralité et l’impartialité des médias publics ?
 L’accès aux médias publics de tous les acteurs politiques du Pays ?

Autant de questions que le président a instruit son ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation d’engager la concertation politique en vue d’une sortie rapide de crise.
C’est pour cette raison que la société civile à travers le CNOSCG a envisagé des journées de concertation inclusive à tous les acteurs de la vie socio politique du pays du 10 au 12 août 2011 afin de permettre au pays d’aller très rapidement aux élections législatives tant attendu par tous. En dépit de cette volonté citoyenne, le dysfonctionnement a été constaté par l’observation de la chaise vide du bloc dit de l’opposition (collectif et de l’ADP).
Il s’agissait pour la société civile de passer au peigne fin, les points aussi critiques que le fichier électoral, la CENI et de voir la possibilité ou non d’instituer un cadre permanent de concertation. Autant de facteur qui plombent le dialogue politique en guinée et souvent font monter la tension. Beaucoup de choses ont été dites lors de ces journées, mais à la clôture, une partie de l’opinion a eu l’impression que la messe s’est soldée par un échec. Cependant, le CNOSCG se réjouit de cette initiative car, la facilitation qui était en passe depuis la dissolution du groupe de contact international, a connu du succès.
En dépit de ces tentatives de trouver des alternatives fiables et durables à cette crispation politique qui au demeurant influe négativement sur l’avenir du pays, les acteurs de la société civile ne désarme afin de créer un espace commun à tous pour un lendemain meilleur pour le pays.
C’est pourquoi, le pouvoir public a mis en place une commission provisoire de réconciliation nationale composée d’éminentes personnalités religieuses du pays, il s’agit de :
 Du Grand Imam de la Grande Mosquée de Conakry
 Et du Seigneur Albert GOMEZ
Qui durant toute l’année 2011, se sont investis bec et oncle afin de mobiliser tous les guinéens autour de l’idéal de « réconciliation nationale ». Ce processus plein d’embuche fait son petit chemin et produisant peu à peu de résultat qui mérite d’être accompagné, soutenu et encouragé par tous.
Dans le même cadre que du 14 au 16 Décembre 2011, les acteurs de la société civile de Guinée avec l’appui financier et technique de l’institution internationale, Open Society Initiative for West Africa (OSIWA) a organisé en faveur des OSC
Guinéennes un atelier de formation sur les mécanismes de la justice transitionnelle, les enjeux et les défis liés au processus de réconciliation nationale, afin de mieux outiller les organisations de la société civile pour une participation efficiente dans le processus de réconciliation nationale en phase initiale en république de Guinée.

L’année 2011 va aussi enregistrer à son compte de triste et regrettable acte, celui de l’attentat contre la personne du président de la république.
En effet, la nuit du 18 au 19 juillet, un commando armé à fondu sur la résidence du président de la république avec l’intention manifeste d’intenter à sa vie « Dieu soit Loué ». Les intrépides bérets rouges de la garde présidentielle, après qu’ils aient contraint les assaillants d’abandonner. Cette opération a été soldée par des morts d’hommes et des blessés.
Cet acte ignoble a été condamné dans toute sa dimension par les acteurs de la Société Civile, notamment les membres du Forum des ONG pour le Développement Durable en ces termes : « Condamne avec la plus grande fermeté l’attaque dont la résidence du président de la république a été l’objet. Dans une démocratie, aucun différend ou aucune divergence ne justifie le recours à la violence. Il exhorte de chacun et de tous à s’abstenir de toute action susceptible de compromettre le processus de démocratisation et pacifique en cours dans le pays » : Le FONGDD.
La feuille de route des nouvelles autorités suscitait ainsi un regain d’espoir au niveau du peuple de guinée. Un peuple qui n’aspire désormais qu’à la démocratie et à la bonne gouvernance dans toute leurs dimensions, à la cohésion sociale et à la paix dans une sous région secouée par des conflits post électoraux et certains pays sortent à peine de guerre civile. Ce processus politique bénéficie aussi d’une attention particulière de la communauté internationale qui n’a ménagé aucun effort pour accompagner la Guinée.
C’est pourquoi dans le cadre des réformes au niveau des FDS (Forces de Défense et de Sécurité), la Communauté Internationale et les partenaires bi et multilatéraux prêtent de l’attention toute particulière afin d’accompagner la guinée à une responsabilité dont les conséquences portent essentiellement sur l’assainissement du fichier de l’armée guinéenne qui demeure quelque peu obsolète, vieillissantet déconnecté du contexte mondial. Avec pour objectif assainir les FDS afin qu’elles soient à la dimension d’une armée républicaine au service de son peuple.
Ainsi, 4000 soldats vont regagnés le rang des retraités, une décision difficile mais responsable et courageuse et incontournable dans un pays ou les reformes sont au cœur du développement.
Les reformes ne concernes pas seulement l’armée, il s’agit aussi de la fonction publique et de l’administration. Ce processus est salué et par les populations et par les Institution internationales et par les partenaires de développement.
Suite à ce premier tour, les acteurs politiques ont dénoncé des irrégularités et la CENI a été pointée du doigt par les acteurs impliqués dans le processus. Pendant ce temps on enregistrait la perte cruelle du Président de la CENI le 19 septembre à Paris des suites de maladie. Un décès fortement ressenti par le peuple de guinée, la communauté internationale et surtout le monde de la société civile. Feu Ben Sékou SYLLA était le Président du CNOSCG dont il représentait au sein de l’institution qu’est la CENI.
C’est dans ce contexte sociopolitique et économique très difficile que le Forum des ONG pour le Développement Durable aux côtés des autres organisations de la Société Civile Guinéenne a évolué courant 2011.

II. L’EVOLUTION INSTITUTIONNELLE DU FONGDD EN 2011

A l’image de l’année 2010, les prospections ont été partiellement réalisées courant 2011, pour la simple raison que la situation socio politique n’a pas permis d’atteindre les objectifs escomptés.
L’élection du président démocratique donnait de l’espoir au monde associatif d’une avancée considérable dans la recherche et mobilisation des ressources qui favorisait de facto le retour des partenaires au développement. Mais cependant, cet élan d’espoir s’amenuise très progressivement par un blocage de la situation politique, stimulant d’un environnement favorable aux investissements.
Caractérisé par des guéguerres internes des acteurs impliqués et par le silence coupable du pouvoir, le processus est limité par le défaut d’engagement vers un consens, de compromis ou d’un fondement à caractère règlementaire.
Ces facteurs limitant, ne favorisent pas, ou rassure pas les uns et les autres d’une garantie d’investissement sérieux au profit du développement.
Mais en dépit de tous ces facteurs, le FONGDD a enregistré de nombreux acquis grâce à l’engagement, l’esprit d’équipe et de solidarité des membres. Le FONGDD a non seulement initié des actions, mais il a également assuré une forte représentativité dans tous les espaces de concertation, d’échanges tant au niveau national, régional qu’international.
Au niveau du Secrétariat Exécutif du FONGDD, plusieurs demandes d’adhésion soutenues par des fiches signalétiques des organisations ont été reçues. Il s’agit notamment de : TOSTAN, ABC Développement, APRODI et AMEHG. Après l’examen minutieux au conseil du BE, elles sont déclarées membres du FONGDD et assujetties aux dispositifs du règlement intérieur.
Dans le cadre de la mise en œuvre des ses activités le « FONGDD » à travers le Bureau exécutif a pu se réunir régulièrement conformément au règlement intérieur en réunion ordinaire et extraordinaire afin d’échanger et de trouver des alternatives soit aux questions internes, soit aux questions d’ordre national, régional et international.
En termes d’appui financier et matériel, les organisations membres du Bureau exécutif n’ont ménagé aucun effort pour le rayonnement sans cesse croissant de l’institution. C’est ainsi que le FONGDD a bénéficié :
 du CAD (Centre d’Appui au Développement) d’un appui financier pour soutenir la facture du consultant en charge de conduire le processus d’élaboration du Plan Stratégique du FONGDD. Mise à disposition de la salle de réunion et les équipements pour la tenue de l’atelier sur le PS.
 du CENAFOD (Centre Africain de Formation pour le Développement), des cartes de vœux 2011, des cartes de visite pour le SE ;
 de la COFEG, un appareil photo numérique pour le secrétariat exécutif ;
 de GUINEE ECOLOGIE : appui financier pour soutenir le fonctionnement du siège du FONGDD ;
 de AMEHG : appui financier pour soutenir le fonctionnement du siège du FONGDD.
 de ACORD GUINEE : apport d’un groupe électrogène au siège du FONGDD.

A noter que sur fonds propres, le FONGDD a renforcé son équipement par l’achat de 03 chaises industrielles. Des acquis qui viennent s’ajouter à la liste des immobilisations du FONGDD.
Aussi, il faut rappeler que la Présidente de la COFEG, membre du FONGDD et assurant la présidence actuelle de la structure a bénéficié d’une gratification de Président de la République de Guinée. Cette marque de confiance affirmée de Monsieur le Président Professeur Alpha CONDE, résulte de la responsabilité, de la persévérance, du militantisme et du combat quotidien dont elle a fait preuve dans le cadre du mouvement associatif en faveur non seulement du changement, mais aussi pour une paix durable et une démocratie effective. Au poste du Secrétaire Exécutif de Mano River Union, qui regroupe les pays de : le Libéria, la Sierra Léone, la République de Guinée et la Côte d’Ivoire, dont le siège social se trouve à Freetown (Sierra Léone)
Dans le cadre du partenariat et le renforcement institutionnel, le BE a déclenché de l’offensif vers le pouvoir public dépositaire de certain nombre de prérogatives dans le cadre d’intégration sous régionale et régionale. Il s’agit des départements :
 de la Coopération Internationale ;
 du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation
 du Ministère Délégué des Guinéens de l’Etranger.

Le Forum des ONG disposant à travers ses membres des expertises avérées et bien établies et c’est au regard de ce constat, qu’il a demandé de recevoir entant qu’acteur devant participer aux côtés du pouvoir public de la mise en œuvre de programmes et projets issus des orientations nationales en favorisant un ancrage communautaire de la vision régionale de l’intégration dans le pays, République de Guinée.
Cette volonté exprimée par le FONGDD a permis de se faire répertorier dans le fichier des acteurs non étatiques entant qu’acteur clé participatif aux côtés du pouvoir public. Elle se concrétise par la participation de qualité à l’atelier national d’élaboration du plan quinquennal 2011 – 2015, tenu à Labé le 26/10/11 et les rencontres périodiques organisées par le SERPROMA.
Le Plan est conçu à la lumière des défis, des réalités et des possibilités du pays. Son élaboration est également fondée sur les acquis accomplis, et non des moindres, les compétences des cadres du pays et les capacités et l’ingéniosité de sa population et notamment sa jeunesse qui aspire plus que jamais à un changement radical pour sortir la Nation Guinéenne du marasme dans lequel elle se trouve.

Un choix stratégique majeur du Plan consiste à valoriser les immenses potentialités humaines et naturelles de la Guinée, pour accélérer la croissance durable et équitable, améliorer de manière tangible les conditions de vie des Guinéens, et atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Dans le cadre du renforcement et de représentativité de la plate forme à l’intérieur du pays, le Bureau national à apporter de l’appui technique et financier à la région administrative de Labé pour la formalisation, à la tenue de l’AG constitutive et la mise en place de l’antenne régionale du FONGDD de Labé et dont les résultats issus du processus démocratique, symbole de la bonne gouvernance, sont les suivants : Tenue le 26 juillet 2011 à Labé

NB/ les quatre responsables des groupes thématiques (Education de base, Santé/Hygiène communautaire, Développement Rural et Environnement et Décentralisation/Bonne Gouvernance) et les quatre points focaux des Préfectures de Koubia, Lélouma, Mali et Tougué sont d’office membres du Conseil d’Administration.
Adresse : Forum des ONG pour le Développement Durable –Labé
Tél : 62 25 25 44/67 57 26 46 ; E mail : fongddlabe@yahoo.fr

2.1. DES ACTIVITES REALISEES COURANT 2011PAR LE FONGDD :

En dépit des difficultés récurrentes liées à la mobilisation des ressources dues essentiellement à un environnement socio politique et qui influe sur la présence des partenaires en développement, le FOGDD s’est investi énormément dans le cadre de la recherche de financement afin d’impulser la dynamique de renforcement de capacité de ses membres.
A ce titre durant l’exercice 2011, le FONGDD a réalisé trois activités d’envergure, il s’agit notamment :
• La tenue de l’atelier de planification stratégique : Dans le cadre de la mise en œuvre des activités identifiées dans les perspectives de l’année 2010, le Bureau Exécutif de commun accord avec tous les membres, a pris l’engagement de doter le FONGDD de son document de plan stratégique triennal 2012-2014.
Pendant trois jours, les participants ont planché sur tous les aspects liés
 Aux faiblesses et forces
 Aux opportunités d’intervention
 Aux axes stratégiques intégrant les préoccupations nationales, régionales et internationales.
Le FONGDD disposant des expertises internes pour mener a bien ce processus, il a été identifié parmi les membres un consultant en l’occurrence le Directeur Exécutif de OPTIMA FORMATION avec bien entendu la contribution des uns et des autres.
A ce jour le document de Planification Stratégique est disponible et le FONGDD est doté de son PS triennal 2012-2014.
• l’Etude de plaidoyer sur les Armes Légères et Petits Calibre en République de Guinée.
Ce programme dans sa mise en œuvre au processus d’élaboration des rapports (rapport d’étude et de plaidoyer) a connu de véritable succès dans la mesure que ces documents sont disponibles et validés par le partenaire technique et financier, Coordination Sud.
Le FONGDD dans sa vocation de partage, d’appropriation par ou avec les autres partenaires locaux, procédera à la distribution des dits documents dans un délai requit à cet effet.
• La Formation de 40 Organisations de la Société Civile en technique de suivi et évaluation des projets :
Par un protocole d’accord intitulé N° 008/2011 et signé le 28 avril 2011 et quiporte sur la mise en œuvre du plan de formation des OSC en technique de suivi et évaluation de projets, initié par le FONGDD en partenariat avec le PNUD, plus de 4O OSC ont bénéficié durant trois jours du 05 au 07/07/11 à l’ENATEF de Mamou, les connaissances simplifiées et soutenues par des supports didactiques et pédagogiques des Experts du Centre d’Appui au Développement « CAD »
La particularité de cette étape II de la formation est la participation active des femmes porteuses de projet de développement ou gestionnaires en termes de gouvernance des structures de développement.
Le PNUD a une fois encore renouvelé sa volonté de poursuivre l’élan de partenariat dont le FONGDD a fait preuve de professionnalisme et d’efficacité dans la gestion opérationnelle du projet.
A ce titre, les rapports narratif et financiers sont disponibles tant au niveau du PNUD qu’au niveau du siège pour consultation.

2.2. DELA PARTICIPATION AUX ACTIVITES DES ORGANISATIONS ET INSTITUTIONS PARTENAIRES.

Pour marquer sa présence et exprimer la volonté de ses membres dans le processus de développement, le FONGDD a pris part à des concertations sur des questions portant sur : la démocratie et droit de l’homme, la paix et l’unité nationale, des prises de positions entant qu’acteur de la société civile, de l’éducation pour tous … dont entre autres :

• Atelier de partage sur le cahier de propositions citoyennes pour le changement. Organisé par le CNOSCG, le 1er février 2011 dans la salle de l’hôpital Donka
« Comment consolider les acquis démocratiques et renforcer l’Etat de Droit en Guinée à l’aune de la troisième république » ?
Sur la base des constats partagés par tous les acteurs du mouvement social guinéen, un cahier de propositions citoyennes pour le changement a été élaboré à l’attention du Président et son gouvernement, ce cahier recense un certain nombre de préoccupations des citoyens guinéens et propose des mesures emblématiques afin de rétablir la confiance entre la population et l’Etat. Le cahier s’appui sur des éléments suivants :

En I : des constats :
 Sur la condition de vie
 Sur le droit de circulation du citoyen
 Sur les espaces de concertation et de dialogue social
 Sur la sécurité de biens et des personnes
 Sur les échéances électorales
 Sur l’Etat de Droit
En II : des propositions en lien avec les constats identifiés.
Le mouvement social guinéen considère que, dans cette période cruciale de l’histoire de la guinée, avec l’élection démocratique d’un président de la république, il est de son devoir de s’impliquer fortement dans le processus de démocratisation. Ainsi, il compte s’engager résolument, en se recentrant sur son rôle et ses missions, pour un Etat de droit en guinée et l’instauration d’une gouvernance démocratique
• Atelier national sur la notion d’Etat de droit, le rôle de l’administration et du citoyen ainsi que la promotion de l’unité nationale. Organisé par IFES du 02 au 04/3/2011 dans la salle du 28 septembre du palais du peuple.
Durant cette période, les participants ont échangé et partagé sur les concepts (démocratie, Etat de droit, droit et devoirs du citoyen, le rôle de chaque acteur dans le processus de consolidation des vertus démocratiques allant dans le sens de préserver l’unité nationale débarrassée de toute connotation ethnique, religieuse, politique et autres considérations subjectives.
Au centre des débats, l’accent est mis sur « MEDIAS ET COMMUNICATION ». Les médias constituent le maillon le plus important dans ce processus. L’exemple regrettable des radios de mille collines a été illustré.

• Etats généraux de la Justice :placé sous la présidence de Mr le Président de la République de Guinée, Professeur Alpha CONDE, la salle du congrès du peuple a servi du cadre.
Dans le processus de démocratisation, l’Etat de Droit se repose essentiellement sur les principes de séparation des pouvoirs (Exécutif, Judiciaire et Législative)
Aussi longtemps qu’on ne le croit, la justice guinéenne souffre énormément d’un dysfonctionnement chronique, entre autres :
 Manque d’infrastructures et équipements appropriés
 Insuffisance de formation pour les magistrats
 Insuffisance de motivation
 Insuffisance de moyens logistiques
Durant 3 jours du 28 au 30 mars 2011, les magistrats, les avocats, les huissiers, les commissaires priseurs, et d’autres auxiliaires de la justice ont médité sur les contours, les perspectives, les opportunités et les solutions qu’il faut pour une justice qualifiée, crédible et au service exclusif du DROIT.
Le gouvernement garant de ce processus a fermement pris des engagement allant dans le sens de donner à la justice les moyens de son exercice afin qu’elle mérite la confiance du justiciable.
Au terme de ces journées, un rapport détaillé a été remis au gouvernement

• Atelier national de sensibilisation et de lancement de l’enquête sur les Acteurs Non – Etatiques (ANE) en Afrique de l’Ouest.
Objectifs : L’objectif général de la mission était d’amener les ANE de la République de Guinée à participer activement à leur identification pour les besoins de l’enquête régionale destinée à l’élaboration d’une base de données des ANE en activité dans l’espace CEDEAO.
Cette mission visait spécifiquement :
 la sensibilisation des ANE et leurs partenaires quant à la pertinence de la base de données ANE/CEDEAO ;
 le lancement du processus de collecte des données sur les ANE en vue de mener l’étude nationale et d’alimenter la base de données ;
 l’institution d’un cadre national de suivi de l’enquête auprès des ANE réunissant les acteurs clés des ANE,les points focaux CEDEAO et les Comités Nationaux PCD.
Au terme de l’atelier une équipe de 10 personnes a été mise en place pour service de représentants de ce pool en République de Guinée, il s’agit de :

• La conférence de presse portée sur : la prévention des accidents domestiques des enfants ». Tenue le 31/3/11 à la maison de la presse par le REJOUGUIDE (Réseau des Journalistes Guinéens pour la Protection des Droits de l’Enfants »
La conférence se focalisera en termes d’objectif, essentiellement sur les messages de : d’information, de sensibilisation et d’éducation.
Animée par l’éminent professeur, Docteur Mamady KEITA, chef du service chirurgie pédiatrique de CHU de Donka. Son intervention s’articulera sur :
 La survie de l’enfant
 Les brulures cosmétiques et ses conséquences
 Les sévices corporels ou violences faites aux enfants
 Les accidents de la voie publique
En termes de mesures de prévention, le conférencier révélera des instructions suivantes :« Notre crédo doit être :
 Eduquer la petite fille, car c’est éduquer une nation »
 Repenser le patriarcat et redonner à la femme un rôle de tout premier plan dans la société
La pauvreté étant la pierre angulaire de la presque totalité des ces accidents, mérite qu’on y réfléchisse. Conclut le conférencier.

• Atelier national de présentation des résultats de l’étude sur l’indice de la société civile guinéenne « CIVICUS », le 09/04/2011 à l’INRAP.
Porté par le CNOSCG depuis 2008, ce processus a mobilisé tous les acteurs de la société et a permis au groupe de consultants de parcourir tout le pays non seulement, mais également de toucher 900 ménages.
Placé sous la présidence de Monsieur le Président du Conseil Economique Social, dans son discours de circonstance parlera de la force du CNOSCG qui porte essentiellement sur :
 Son caractère apolitique
 De sa neutralité politique
 Le respect des principes et valeurs démocratiques, Etat de droit
Le CNOSCG constitue le 4ème pouvoir qu’il faut sauvegarder dans toutes ses dimensions.
Le document de l’étude à travers des travaux de groupe, a été amendé et validé sous réserve de prendre en compte les observations.
Financé par le PNUD, l’étude porte sur 4 dimensions (Structure, Impact, Environnement et Valeurs).
Le PNUD dira pour conclure que :
 La Société civile est porteuse des alternatives pour le développement durable (socio-économique) ;
 La société civile est un acteur majeur et important de lutte contre la pauvreté en République de Guinée

• Atelier stratégique sur la consolidation de la paix en République de Guinée, tenu le 14 avril 2011 dans la salle du 28 septembre du palais du peuple. Organisé par BEFORE et IFES GUINEE.
Après la présidentielle, les organisateurs ont estimé opportun de développement des activités allant dans le sens de préserver la paix, l’unité nationale en vue d’une gestion paisible de suite de la transition.
Les conclusions issues de ces débats prouvent à suffisance que chaque acteur doit concéder et jouer sa partition en faveur de la paix et de l’unité nationale.

• Atelier de consolidation de la contribution des acteurs de la société civile guinéenne au troisième Etats Générauxde Aide et Action Internationale. Porté essentiellement sur :
 Acteur du développement et partenariat
 Lien de solidarité
 Discours et influence
Du 09 au 12 mai 2011 à l’INRAP, les acteurs intervenants dans le système éducatif en Guinée ont dans les perspectives de la tenue du troisième Etats Généraux de Aide et Action Internationale, apporté leur soutien aux programmes et projets qu’envisage Aide et Action et par conséquent s’inscrivent dans les différentes mutations qui influencent actuellement et sur le plan international le fonctionnement de Aide et Action.
Les participants ont alimenté les différentes rubriques devant permettre aux représentants de la guinée de porter efficacement les messages issus de cette concertation nationale.

• Tournée de prise de contact du SERPROMA (Service National de Promotion et de Réglementation des ONG et Mouvements Associatifs) avec les réseaux d’ONG et autres partenaires en développement. Il s’agit de :
 S’enquérir de l’effectivité des réseaux d’ONG ;
 Du dispositif organisationnel et de leur fonctionnement
 De nouvelles orientations politiques du gouvernement démocratiquement élu ;
 De recevoir des critiques et suggestions pour le bon fonctionnement du SERPROMA ex SACCO.
La mission du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation conduite par le Directeur National et son Adjoint du SERPROMA, ont exprimé leur satisfaction quant à la qualité de l’accueil et les débats qui ont découlé de cette prise contact. Elle se dit optimiste pour l’avenir des ONG en République de Guinée.
La date du 26 mai a servi du cadre pour le FONGDD, ce conformément au programme du MATAP qui couvre la période allant du 24 mai au 06 juin 2011.

• Atelier de consensus et de l’assemblée générale de la Coalition Nationale pour l’Education, tenu du 29 au 30 juin 2011 à l’INRAP, organisé conjointement par la CNG/EPT et ENCEFA (Réseau Africain de Campagne pour l’EPT) basé à Dakar.
Après 2 jours de débats sur les enjeux et défis que doit relever le système éducatif en Afrique, il a été constaté que l’Afrique ne sera pas au rendez de 2015 dont les limites sont fixées par les OMD.
 Les raisons de ce déficit sont de plusieurs niveaux :
 Le non respect par les partenaires des engagements pris
 L’inefficacité des acteurs de la société civile
 La faiblesse d’autorité des gouvernants.
Sont autant d’éléments qui désactivent le fonctionnement normal du système. Mais qu’à cela ne tienne, les espoirs sont permis pour les prochaines années.
Le clou de cette activité a été la mise en place d’un bureau du C.A, composé de 7 membres dirigé par la FONG et l’élaboration d’un plan d’action.

• Atelier d’élaboration du 3ème plan stratégique de l’AGBEF : Tenu du 15 au 17 juin 2011 au CNPG de Donka. Durant 3 jours, le personnel de l’AGBEF et partenaires techniques et financiers ont planché sur les défis et les opportunités de financements des activités identifiées. Au terme de ces journées de travail ardu, l’AGBEF est doté d’un plan stratégique couvrant la période de 5 ans, allant de 2012-2016

• Participation des acteurs non Etatiques dans le processus de développement, tenu le 19 juin 2011 à l’INRAP et organisé conjointement par RAJGUI et AISHA.
Durant cette journée, RAJGUI a durant le processus de partenariat avec le Projet AISHA présenté un condensé sur les activités menées, les difficultés rencontrées et des pistes de solutions envisagées afin de juguler l’utile à l’agréable.
Ainsi, les projets appuyés par AISHA, ont connus de véritables succès et a permis aux membres de RAJGUI de s’affirmer sur le terrain dans le domaine du développement.
Le représentant de projet AISHA satisfait du résultat, remercie tous les acteurs impliqués dans ce processus.

• Rencontre interne au siège du FONGDD le 15/07/11 au tour de « l’étude exploratoire en du cadrage de l’intervention de la Fondation HernechBoll », exposé soutenu par le Consultant allemand, Pascal CARPOS
L’objectif recherché par l’étude est de mobiliser les acteurs de la Société Civile dans la définition de stratégie nationale pour le besoin de la mise en place du fonds fudiciaire au profit de la protection de l’environnement.

• Concertation des acteurs de la Société Civile, membres du CNOSCG, le 15/07/11 autour de la visite programmée de l’Administrateur Général du PNUD. Initier par le CNOSCG à son siège de Dixinn.
Elle portait sur l’harmonisation de vues sur les modalités et le canevas consensuel d’intervention et qui doit porter essentiellement sur :
 Les préoccupations de la jeunesse
 Le renforcement institutionnel des acteurs de la société civile
 Les reforme des Forces de Sécurité et de Défense

• Journées d’échange avec les autorités administratives, les partenaires et les acteurs de la Société Civile sur les grandes questions d’intérêt commun relatif au développement de la Guinée. Organisé par le PNUD du 19 au 22 juillet 2011 à NOVOTEL de Conakry.
Après un passage à vide et l’arrivée d’un gouvernement démocratique, le PNUD a jugé opportun et à titre d’information tenir ces journées en partenariat avec les autorités et les acteurs de la société civile. Essentiellement axé sur les grands chantiers en cours et les perspectives du programme des Nations Unies en République de Guinée. Cela a permis aux uns et aux autres de comprendre l’ampleur de financement en faveur des projets de développement, visant à contribuer à la réduction tangible de la pauvreté.

• Rencontre régionale des acteurs non Etatiques de la ville de Conakry, Tenue du 26 au 27 juillet 2011 à l’INRAP de Donka
Organisé par RAJGUI avec l’appui technique et financier du projet AISHA, il a permis aux différents participants d’identifier des pistes d’intervention, des opportunité de partenariat et la mise en place des dynamiques, autrement dit des domaines d’intervention devant alimentés les thématiques futures déterminant ainsi les cadres de partenariat entre RAJGUI et Projet AISHA.

• Réunion de restitution de l’enquête vers une stratégie nationale pour la compensation des impacts résiduels du secteur minier pour la biodiversité en Guinée. Tenue le 04/08/11 dans la salle de réunion du Ministère Délégué de l’Environnement. L’étude porte sur l’habitat critique des chimpanzés sur le site minier deSangaredi. Le site minier de Sangaredi a servi d’essai. Mais aujourd’hui, l’objectif est la mise en place du fonds fudiciaire au profit de la conservation des impacts résiduels.
Le principe d’appropriation et d’accompagnement est soutenu par les autorités, notamment le Ministère Délégué de l’Environnement.
Le processus est ainsi déclenché et des consultations continues afin d’aboutir à un programme national.

• Enquête nationale menée par NDI courant août 2011 au niveau des acteurs de la société civile et qui a porté sur l’indentification de série de thèmes en faveur de la paix, de l’unité nationale et de la réconciliation nationale.
Soutenue par des fiches de sondage, le FONGDD a privilégié l’option d’entretien individuel des membres, le résultat obtenu porte sur 4 thèmes à savoir :
 Citoyenneté (droit et devoir). Diffusion et appropriation des codes (Constitution et Electoral). Gouvernance et ses dimensions
 Etat de Droit (prévention et gestion de conflits)
 La Guinée est une famille (les conséquences du repli identitaire ou communautaire).
Organisé les débats autour des ces thèmes, le FONGDD estime que l’utilité de concept réconciliation nationale pourrait être largement compris et dissimilé dans les esprits et les comportements du guinéen simple.
• Atelier sur le rôle de la société civile dans la réforme du secteur de sécurité en guinée, tenu le 24/08/11 dans la salle de réunion de IFES. Organisé conjointement par le CECIDE et PARTNERS Sénégal.
Cet atelier n’a regroupé que les acteurs de la société civile de la ville de Conakry. Au terme des débats importants autour de la question de sécurité et des reformes engagées dans ce sens, les participants ont retenu la problématique communautaire comme étant le facteur limitant et dégradant du tissu social. Des efforts doivent être consentis afin de faire éviter à cette ville qui se veut cosmopolite les conflits ethniques souvent entretenu par les politiciens véreux.
Ce thème fera l’objet de profonde étude allant dans le sens de proposer des alternatives de réconciliation nationale.

• Atelier d’identification des problèmes liés à la gouvernance locale en guinée.
Définition des messages pour un comportement citoyen dans l’amélioration de la fourniture des services de base.
Organisé par Faisons Ensemble du 19 au 21/08/11dans la salle polyvalente de CHU de Donka.
Il a été convenu que le message et son contenu sont aussi des stimulants de conflits. Alors dans un processus de post électoral, il est demande à tous un sursaut national à tous les acteurs notamment, les médias, les acteurs de la Société Civile, les autorités administratives et politiques et partenaires de tous bord

• Journées de concertation, entre les OSC, PTF et Administration Publique sur le passage de « l’efficacité de l’aide à l’efficacité du développement », tenues les 02 et 03 septembre 2011 dans la salle du 28 septembre du palais du peuple et organisées conjointement par le CECIDE et BTER-AID.
Il est prouvé que l’efficacité de l’aide à fait ses limites due essentiellement au non respect des engagements de tous les acteurs en partie, en dépit des multiples interpellations de la société civile. C’est justement pourquoi, qu’en prélude de la rencontre planétaire de Busan (Corée du Sud) en novembre 2011, les OSC à travers le monde, souhaiterait harmoniser les vues afin de porter un même message fort à l’endroit des PTF et des Gouvernements pour la cause exclusive du développement.
Au terme de ces journées, les participants se sont accordés à une déclaration, dite déclaration des OSC de la République de Guinée qui doit être intégrée dans les réflexions synthétiques globales du REPAOC.
Pour ce qui est de la représentativité à la conférence du Busan, le CECIDE est à priori bénéficiaire d’une place et pour plus de représentation des OSC de la guinée, les négociations sont envisagées afin de faire bénéficier plus de représentants des OSC dans la délégation guinéenne.

• Atelier de relance de partenariat Aide et Action Internationale et les acteurs du système éducatif guinéen, tenu du 15 au 16 septembre 2011 à l’INRAP de Donka.
Dans les différentes mutations auxquelles Aide et Action traverse actuellement, il est important dans le cadre du partenariat que les acteurs soient informés de ces changements, qui ne sont pas propres au programme guinée. Ce qui justifie du retrait sur le terrain des équipes opérationnelles de Aide et Action. Mais cependant, elle met l’accent sur le partenariat, qui doit désormais porté toutes les activités traditionnelles de Aide et Action.
Après un brillant exposé du Directeur National des Statistiques du Ministère de l’Education sur l’état de lieux du système éducatif guinéen. Le constat est criard et par conséquent, interpelle tous les acteurs, notamment Aide et Action.
Au terme donc de cet atelier, Aide et Action rassure les uns et les autres sur son engagement d’accompagner le système éducatif dans toutes ses dimensions afin de relever les défis des OMD.

• Rencontre des Acteurs de la Société civile avec la présidente de la Commission de Consolidation de la Paix (CCP) en République de Guinée du PNUD, tenue le 06 septembre 2011 à la maison commune des Nations Unies de Conakry. Il s’agit d’échanger sur les, aspects liés à la prévention et gestion de conflits dont le PNUD s’engage a accompagner les autorités actuelles du pays.
Les participants dans leur ensemble ont apprécié et encouragé l’élan pris par les partenaires dans le cadre de la finalisation du processus de transition en guinée, entre autres reformes :
 Les forces de sécurité et de défense
 La tenue des élections législatives
 Le fichier de la fonction publique
 La maitrise des dépenses publiques et le recouvrement de recettes.
Sont des éléments que la société civile estime important de soutenir dans toutes ses dimensions.
Cependant, elle a sollicité du PNUD de l’appui constant afin de l’implication des acteurs de la société civile dans tout le processus engagé et de favorisé le dialogue social entre les acteurs.
La présidente de la commission a exprimé la volonté de son institution a apporté de son mieux pour la réussite des reformes en République de Guinée.

• Atelier national de diagnostic de la conservation et de la gestion durable des ressources naturelles en République de Guinée. Tenu à l’hôtel NongoTady les 7 et 8 septembre 2011, conjointement par le Ministère Délégué à l’Environnement des Eaux et Forêts.
Deux activités ont marqué ces journées, il s’agit de :
 Document de l’Etude réalisée par Guinée Ecologie :le contenu de ce document s’appui sur les défis qui se dénombrent ainsi qu’il suit :
 Renforcement de capacités locales
 Mise en place des aires marines protégées
 Education, sensibilisation et communication
 Application correcte des textes de lois en vigueur
 Protection des eaux côtières
 Mise en œuvre des plans et schémas directeurs adaptés
 Ethique environnementale
 Le PRCM « Programme Régional de Conservation de la Zone Côtière et Marine en Afrique de l’Ouest » basé à Dakar. Après la gestion d’un programme à 3 ans. Il a été admis après analyse de tous les aspects liés à la conservation des ressources marines et côtières, de la poursuite ou l’acquisition de programme adéquat
Ce faisant, les recommandations suivantes ont retenu particulièrement l’étude du groupe des experts en la matière, il s’agit entre autre :
a. Poursuivre les objectifs du programme qui porte essentiellement sur :
 Le renforcement de la capacité locale ;
 La mise en place d’AMP ;
 L’éducation, la communication et la sensibilisation
b. Renforcer les acquis de l’ensemble des 18 projets du PRCM II qui ont ciblé la Guinée, avec priorité l’appui aux AMP déjà définies et la création de nouvelles AMP et sites de conservation.
c. Appuyer les actions inscrites dans le PANA dans le domaine de l’adaptation aus impacts des changements.
d. Réactiver et mettre à jour le schéma directeur d’aménagement de la mangrove.
e. Appuyer l’élaboration d’une politique nationale de recherche halieutique assortie d’une stratégie et d’un plan d’action à court, moyen et long terme.
f. Appuyer le renforcement du contrôle et de la surveillance pour maîtriser l’effort de pêche exercé sur les ressources démarsales par la redynamisation et le renforcement des capacités de l’observatoire des pêches.
g. Appuyer le renforcement de capacités des institutions de recherche : CNSHB, CERESCOR, IRG, CERE.
h. Faciliter la mise en œuvre du plan d’action international pour la gestion des capacités de pêche et de manière plus générale.
i. Soutenir les échanges d’expériences entre les pays membres du PRCM.
j. Renforcer les capacités nationales en études et évaluation environnementales
k. Créer les conditions d’une mise en œuvre renforcée des accords multilatéraux sur l’environnement.
l. Soutenir le développement de l’éthique et de la gouvernance environnementale en guinée.

• Atelier National des OSC sur la prise de leur préoccupation dans le plan quinquennal (2011-2015) du 26 octobre 2011 à l’hôtel SAFATOU de Labé.
Pour la première fois, après 50 ans de l’indépendance, les OSC sont associées à ce genre d’activité, qu’il faut saluer de la part des autorités administrative.
Il a été exprimé dans les débats que les OSC sont largement représentatives des aspirations des communautés à la base. Ce faisant, le nouveau en cours d’élaboration prendre en compte et associera dans tout le processus les OSC, dixit Monsieur le Ministre du Plan
L’atelier avait pour objectif de dégager les voies et moyens nécessaires pour la prise en compte effective, pour la période du plan, des interventions des ONG dans le processus de développement communautaire.

• Atelier de restitution et de validation de l’étude sur les acquits de l’EPTG, tenu le 25 novembre 2011 dans la salle des actes du palais du peuple et organisé par le consortium d’ONG ONEB, ASED et FEG FEWE avec l’appui financier du PROJEG.
Après lecture et amendement, les participants de commun accord ont validé le document de l’étude sous réserve de prendre en compte les observations des uns et des autres par le consultant.
Le document amendé fera l’objet de remise officielle autorités administratives lors de la journée nationale des ONG.

• Contre vent et marée, le consortium d’ONG (FONGDD, FONG, CNG/EPT et FEG FAWE) ont pris l’initiative en partenariat avec SERPROMA d’organiser le 26 Novembre 2011 dans la salle du 28 septembre du Palais du Peuple, la « Journée Nationale des ONG » après évidement 7 ans de passage à vide.
Sur le principe de compter sur sois, les ONG, Associations et Coopératives ont prouvé leur degré de mobilisation et d’engagement pour la cause du développement en guinée.
Placée sous la présidence d’honneur du Gouvernement, la fête des ONG a été une véritable réussite en terme de mobilisation, de gestion et de participation de qualité tant au niveau des partenaires que d’autres acteurs Institutionnels.
La 20ème journée des ONG portait sur le thème « les acquits de l’EPTG et les atteintes des OMD »
Un mémorandum portant de séries de revendication est remis au gouvernement afin de permettre à l’instar des ONG étrangères intervenant en guinée, de soutenir et renforcer les capacités institutionnelles et opérationnelles des ONG nationales à travers un fonds spécial de soutien aux ONG
Le rendez vous est pris pour 2012 avec bien entendu des engagements des ONG et des autorités administratives.

• Session de concertation avec les OSC autour du Plan Quinquennal, organisé le 30 novembre 2011dans la salle de conférence du Ministère de la Coopération Internationale, par le Ministère du Plan.
L’exposé portait sur le document du Plan Quinquennal dans sa version provisoire et de recevoir les réactions des acteurs de la société par rapport à leur apport de l’atelier de Labé.
Après ces débats, le document du plan quinquennal de 212 pages sera soumis à l’appréciation du CNT pour sa validation constitutionnelle.

• Atelier National de Capitalisation des résultats du programme d’appui à la lutte contre la pauvreté en République de Guinée, tenu du 1er au 03 décembre 2011 à Kindia par le PNUD.
D’important programmes et projets sont financiers tant au niveau de l’administration publique, qu’au niveau de la société civile. Alors durant, trois jours, les acteurs impliqués/bénéficiaires de ces programmes se sont succédés à la tribune pour donner le bien fondé des subventions reçues du PNUD allant dans le sens de réduire considérablement la pauvreté dans toutes ses dimensions en république de guinée.
Combler des différents résultats et impacts sur le terrain, le partenaire commun qui est le PNUD a pris d’énormes engagements d’accompagner et l’administration publique et les OSC dans leur mission de participer activement au développement de la République de Guinée.

• Atelier de formation sur la Justice Transitionnelle tenu les 14 au 16 décembre 2011 à NOVOTEL de Conakry, organisé par le Bureau en Guinée de OSIWA (Open Society Initiative for West Africa) en faveur des organisations de la société civile guinéennes sur leurs besoins exprimés en matière de renforcement des capacités dans le cadre de la gestion des questions de la réconciliation nationale.
L’atelier a réuni un panel largement représentatif des réseaux d’ONG et d’autres acteurs de la société civile sur le concept et contenu de la justice transitionnelle et dont les objectifs sont entre autres :

 Doter les OSC des connaissances et des compétences nécessaires pour une participation de qualité au processus de réconciliation nationale en cours en Guinée
 Améliorer la compréhension des OSC de leurs rôles responsabilités dans le succès du processus de réconciliation nationale
 Aider les OSC à mieux apprécier les spécificités de la société guinéenne et comment en tenir compte dans un processus pertinent et efficace de réconciliation nationale.
Au terme de cet atelier, il est convenu par les parties d’élargir cette formation à tous les acteurs de la société civile guinéenne. A cet effet de propositions de projet de formation seront soumises à OSIWA pour appréciation et ce dans un bref délai.

• L’évaluation de l’indice de pérennisation des ONG pour l’année 2010 :
Financé par l’USAID et piloté par le CNOSCG, une dizaine d’ONG a planché durant deux semaines sur l’analyse qualitative des aspects en lien avec l’indice de pérennisation.
Cet exercice est général et concerne tous les pays en voie de développement à travers le monde. Les résultats issus de ce travail feront l’objet de publication et de diffusion dans un document compilé.
Il porte essentiellement sur des aspects de :
 contexte juridique
 fourniture de services
 infrastructure
 image publique
 viabilité financière
 plaidoyer
Ce processus d’évaluation portait sur des critères évoluant dans les fourchettes de notation ainsi qu’il suit :
 pérennisation renforcée de 1 à 2 ;
 pérennisation progressive de 3 à 5 ;
 pérennisation entravée de 6 à 7.

2.3. DE LA PARTICIPATION AUX ACTIVITES DU RESEAU ET PLATEFORMES DE L’AFRIQUE DE L’OUEST ET DU CENTRE (REPAOC)

Le FONGDD est membre fondateur du REPAOC et siège au Conseil d’administration dudit réseau. Le Forum des ONG participe à toutes les activités initiées par le réseau et ces partenaires du réseau. Le FONGDD s’acquitte régulièrement de ses cotisations au sein du réseau. A ce titre le FONGDD a pris part à :
• Consultation Régionale sur la contribution des Organisations de la Société Civile de l’Afrique Francophone dans le renforcement des systèmes de santé, en particulier la vaccination, tenue du 13 au 15 septembre 2011 à Dakar. Organisées par GAVI Alliance en partenariat avec le REPAOC. Le FONGDD dans son option de faire faire, s’est fait représenté par Madame la Présidente de AMEHG pour ses expériences dans le domaine de la santé infantile.
GAVI Alliance est un partenaire public privé unique dans le domaine de la santé œuvrant pour sauver la vie des enfants et protéger la santé de la population en élargissant l’accès à la vaccination dans les pays en développement.
La société civile joue un rôle majeur dans la vaccination à travers le monde et dans les activités de GAVI Alliance. Elle dispense une grande partie des soins de santé dans les campagnes des pays en développement les plus démunis, elle proche des communautés et des populations en général, surtout de celles qui sont difficiles à atteindre, les OSC peuvent être d’importants agents de mobilisation de ressources au niveau local, national, régional et international.
Dans le cadre de la représentativité pays, le FONGDD est identifié pour le compte de la République de Guinée en tant que « point focal » et dans le cadre de GAVI Alliance.

Cette rencontre régionale des acteurs de la société civile a porté sur trois objectifs fondamentaux, il s’agit de :
 Objectif stratégique international : Accroitre la participation des OSC francophones dans les échanges sud-sud, nord-sud, et les échanges avec GAVI-Alliance pour le renforcement du système de santé et en particulier de la vaccination.
 Objectif stratégique régional : Accroitre le partenariat entre les OSC francophones, avec les institutions régionales et internationales, ainsi qu’avec le secteur privé.
 Objectif stratégique national : Accroitre l’implication des OSC dans la définition des politiques, la planification, la mise en œuvre et l’évaluation des programmes de santé, et en particulier de vaccination.

De ces objectifs, découla des actions pertinentes, il s’agit de :
 Actions potentielles des OSC au niveau international et régional :
1. Mise en place de plateformes du sud efficaces, par le renforcement des capacités des OSC membres, notamment en matière de plaidoyer pour l’amélioration des performances des programmes de vaccination ;
2. Plaidoyer pour le financement efficace de la vaccination et le suivi des engagements des partenaires.
3. Diffusion des bonnes pratiques, et des technologies innovantes pour le renforcement des capacités et la capitalisation des données de vaccination.
4. Développement de la collaboration intersectorielle internationale pour la participation des OSC à la définition, la mise en place et le suivi des normes et politique internationales
5. Promouvoir du droit à la santé.

 Actions potentielles des OSC au niveau national :
1. Renforcement des capacités de mobilisation communautaire pour une augmentation de la demande
2. Plaidoyer sur la base d’évidence documentées pour la mobilisation des ressources financières, humaines et logistiques auprès des différents acteurs identifiés et potentiels.
3. Suivi des engagements de l’Etat.
4. Capitalisation des réseaux intersectoriels pour entre autre une meilleure utilisation de ressources.
5. Promouvoir d’une approche intégrée des interventions à base communautaire.
6. Définition des critères et formalisation de l’intégration des OSC dans les organes de coordination de la santé (CCIA, PEV, GTCV, CCSS…)
7. Renforcement de la participation des OSC à la définition, la mise en place et le suivi des normes et politiques au niveau national.

• L’Assemblée Générale du REPAOC, tenue du 16 au 17 décembre 2011 à Dakar (Sénégal). L’occasion a été donnée aux membres de renouveler et les organes et les instances afin de symboliser et de promouvoir de la bonne gouvernance. Ainsi, le Conseil d’Administration du REPAOC se compose ainsi qu’il suit et ce pour un mandat de deux ans.

Président : SPONG, représenté par Monsieur Ernest COMPAORE
Secrétaire général : FONGDD, représenté par Madame Saran TOURE
Trésorier général : FONGTO, représenté par Monsieur Edu RAVEN
Le CONGAD jouera le rôle du Commissaire aux comptes

La présence du FONGDD au sein du REPAOC est très remarquée par ses paires, de par sa participation active et de qualité aux débats, de par la régularité dans le paiement de ses cotisations, de par sa présence dans les espaces de concertations (sous régionale et régionale), lui a permis de se faire plébisciter au poste du Secrétariat Général durant ce mandat.

Alors, le poste va être porté par la présidente du FONGDD en termes de représentativité institutionnelle.

Guy Aho TETE BENISSAN, est confirmé au poste du secrétariat exécutif du REPAOC.

Il faut noter que lors de cette assise, la présence remarquée du FONGDD a été porté par son 1ervice président en l’occurrence, le CENAFOD (Mr Aboubacar SYLLA).

2.4. DU DEVELOPPEMENT DE PARTENARIAT

Pour renforcer le partenariat avec les autres acteurs, le FONGDD a pris contact avec certaines organisations et structures de la société civile et de l’administration mais aussi des partenaires. Le FONGDD a également répondu présent aux rencontres et autres concertations et ce à tous les niveaux (national ; régional et international) afin de contribuer à la construction des dynamiques du moment.
a. Signature d’une convention avec Coordination Sud. Cette convention porte sur deux activités.
Le financement partiel de la subvention liée à l’appui institutionnel et à la réalisation de l’étude de plaidoyer sur les ALPC à hauteur de 70 % a vu son solde de 30 % règlé courant année 2011. Il a permis de finaliser le projet et de conclure les documents de l’étude et de plaidoyer dont le résultat a été bien apprécié au secrétariat exécutif de Coordination Sud.
Au regard des résultats obtenus, il faut s’en féliciter des appréciations de ce partenaires qui de plus en plus est rassuré des prestations du FONGDD non seulement, mais également de la confiance mutuelle, le tout construit et bâti sur les les fondements de la bonne gouvernance
b. CNOSCG : (Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne). Le FONGDD est membre fondateur du CNOSC-G et participe à toutes les activités initiées par le Conseil.
Le FONGDD a été mis au cœur même des activités du CNOSCG en termes de participation ou de consultation sur des questions d’intérêt national et dans le strict respect des principes fédérateurs des OSC. Entre autre activités, il y lieu de citer :
 La production du cahier de doléance citoyenne au gouvernement ;
 La prise en charge du secrétaire exécutif au forum social mondial de Dakar ;
 Les rencontres avec les partenaires institutionnels, à savoir : le Gouvernement et les représentants au plus haut sommet du PNUD ;
 Les consultations internes pour de prise de positions.

c. PNUD GUINEE : (Programme des Nations Unies pour le Développement)
Partenaire traditionnel et qu’il faut hautement apprécié. Dans sa vocation d’accompagner les acteurs non étatiques en vue de participer activement à la réduction de la pauvreté en guinée, le PNUD a signé avec le FONGDD deux protocoles, à savoir :
Protocole d’accord N° 002/2011 du 03/02/2011 portant sur un montant de : 14 582 025 FG et qui a permis à un des membres du FONGDD, en l’occurrence GUINEE ECOLOGIE de participer au forum social mondial du 6 au 11 février 2011 à Dakar ; Le FSM est une occasion unique pour tous les acteurs sociaux rêvant d’un monde meilleur de se rencontrer pour échanger les idées, construire des projets ensemble et développer une synergie d’ensemble. Plus de 150 000 personnes ont pris part à l’évènement de cette année qui a été marqué par la présence d’éminentes personnalités dont le président EvoMoralès de la Bolivie, Martine Aubry, premier secrétaire du PS, France et beaucoup d’autres personnalités à travers le monde Elle a été marquée par les discours de Taoufik Ben Abdallah, coordinateur du forum social africain, de Martine Aubry, ainsi que par un carnaval géant.
• Protocole d’accord N° 008/2011 et signé le 28 avril 2011 portant sur un montant de 130 000 000 FG a permis au FONGDD de réaliser son projet de renforcement de capacité de 40 OSC en technique de suivi et évaluation.
• Participation à l’atelier National de Capitalisation des résultats du programme d’appui à la lutte contre la pauvreté en République de Guinée, tenu du 1er au 03 décembre 2011 à Kindia. Il permit à tous les partenaires bénéficiaires des appuis du PNUD (Institutionnel, ONG) de présenter l’exécution des activités.
Le PNUD satisfait des résultats obtenus, se dit déterminer et confiant en l’avenir. Il compte renforcer ce partenariat dans l’intérêt du peuple de Guinée.

L’appréciation du partenariat à ce plus haut sommet du programme des nations unies en République de Guinée, témoigne un élan d’accompagner le FONGDD dans sa mission de renforcement mutuel de ses membres élargi à d’autres, mais aussi de la confiance qui symbolise ces relations.
d.Projet Faisons Ensemble :
Le Projet Faisons Ensemble a apporté un appui financier à la mise en œuvre de la journée nationale des ONG tenue le 26/11/2011. Cet appui a permis au comité d’organisation d’avoir le résultat escompté.
Le Projet envisage dans son programme d’accompagner les ONG en lien avec sa vocation « Démocratie et Bonne gouvernance »
e. REPAOC : (Réseau des Plates Formes de l’Afrique de l’Ouest et du Centre). Le Forum des ONG, membre du Conseil d’Administration participe efficacement à toutes les activités du réseau depuis sa création en Juin 2005. Le FONGDD prend part aux débats sur des questions d’ordre interne à l’espace REPAOC en apportant sa modeste contribution mais aussi au rayonnement du réseau dans les espaces de concertation régionale et internationale.
 Le REPAOC s’est énormément investi courant 2011 en amont et en aval pour la tenue et la réussite du plus grand mouvement social tenu à Dakar du 06 au 11 février 2011. Il s’agit du Forum Social Mondial qui à mobiliser le monde entier durant ses jours et qui a permis aux mouvements sociaux à travers le monde de se faire écouter et entendre par les gouvernants, des institutions internationales, sur leur cris de cœur sur :
• des questions de développement.
• Les inégalités sociales
• La question de l’environnement
• Les alternatives de financement innovent
• Le passage de l’efficacité de l’aide, à l’aide au développement
• La gouvernance et les principes universels de droits humains.
• Etc.

Dans l’exercice de la gouvernance positive, le REPAOC a procédé au renouvellement de ses instances à travers la tenue de son AG

Le Forum entretien de fructueuses relations avec le REPAOC et les plates formes membres à travers soit dans les espaces de concertation, soit à travers des échanges sur des questions communes portant essentiellement sur le développement et de prise de position en terme de plaidoyer.

f. COORDINATION SUD : la plateforme des ONG Françaises a dans sa dynamique d’accompagner les Plates formes nationales, apporté des ’appuis en termes d’organisation institutionnelle, il s’agit entre autre :
 La tenue de la 1ère Assemblée Générale du Forum International des plates formes nationales d’ONG (FIP) qui a réuni 47 plates formes nationales (PFN) et 6 coalitions régionales, du 3 au 5 février 2011 à Dakar et qui a fait l’objet de publication de liste.
Au terme de ses assises, le FIP a :
 Voté à l’unanimité la charte des valeurs qui unit tous ses membres
 Voté à l’unanimité les statuts du FIP
 Décider de reconduire le groupe de facilitation mis en place en octobre 2008 jusqu’à la tenue des élections du conseil, prévues courant 2012
 Mandaté le groupe de facilitation pour les tâches suivantes
 Finaliser une proposition des critères et des clés de répartition pour l’élection du Conseil
 Rédiger le règlement intérieur et finaliser le formulaire et le document « qu’est-ce qu’une plate-forme nationale d’ONG ? »
 Finaliser et mettre en circulation un cadre stratégique général pour les années à venir et préparer la mise en œuvre du programme d’activités pour 2011-2012, notamment sur les thèmes et les actions de plaidoyer liés aux exercices de diplomatie non gouvernementale
 Poursuivre et conclure l’étude d’un fonds multi bailleurs pour les activités du FIP et réaliser les démarches nécessaires à sa concrétisation
 Définir, prioriser et organiser les fonctions du secrétariat du FIP

 Le document de projet d’étude et de plaidoyer sur les mécanismes illicites d’approvisionnement des armes légères et de petits calibres et les droits de protection des populations en République de Guinée a été finalisé et déposé et bien apprécié au niveau du secrétariat de Coordination Sud.

 Pour alimenter le fichier des membres du FIP, une fiche d’information a été élaborée et mise à disposition des PFN. Cette fiche portait entre autres questions :
 Le nom de la PFN,
 Présentation de la PFN
 Statuts juridiques et date de création
 Missions et objectifs de la PFN
 Types de services aux membres
 Budget, sources de financement et liste des partenaires
 Liste des membres du C.A et de leurs adresses

III. DES CONTRAINTES ET DIFFICULTES :

Ce sont des problèmes récurrents qui reviennent en 2011. Cependant, il est à noter des avancées enregistrées dans la mise en œuvre du plan annuel.
 L’absence d’un plan stratégique de développement soutenu par un budget opérationnel en cours de construction ;
 La faible capacité de mobilisation de ressources ;
 La faiblesse du niveau d’engagement individuel des membres qui affecte dans une large mesure le fonctionnement ;
 Le non fonctionnement des commissions thématiques ;
 L’’absence de programmes ou projets propres ;
 L’insuffisance de ressources financières ;
 Le faible taux de cotisation annuelle des membres ;
 L’insuffisance de compétences pour l’exécutif ;
 L’insuffisance d’équipements informatiques;
 Le manque de moyens logistique (véhicule).
 Le non fonctionnement du site web du FONGDD

La recherche des alternatives à ces obstacles pourraient contribuer à coup sûr à l’amélioration de la performance du dispositif de fonctionnement du FONGDD.

IV. DES PERSPECTIVES POUR 2011.

2011 s’annonce pour les acteurs sociaux comme une année d’action suite à l’élection du nouveau président de la République, la levée des sanctions internationales, le regain de confiance des guinéens et du reste de la communauté internationale. Ces signes d’espoir interpellent le FONGDD à des mutations profondes en vue d’un repositionnement meilleur au sein du mouvement associatif guinéen.
Pour réussir ces défis, le FONGDD doit se :
 doter très rapidement d’un plan stratégique partagé ;
 doter d’un plan de communication et de mobilisation des ressources ;
 renforcer le partenariat avec les acteurs nationaux (société civile, administration publique, institutions nationales et internationales) d’une part et le REPAOC, ses plateformes membres, Coordination SUD, le Forum International des Plates Formesd’autre part ;
 Redynamiser les réseaux thématiques ;
 Mettre en place et renforcer les antennes régionales ;
 relancer les négociations avec France Volontaires, le SCAC et COORDINATION SUD pour l’obtention d’un volontaire ;
 Réactualiser le répertoire des membres du FONGDD ;
 Accroitre le budget de fonctionnement du siège ;
 Promouvoir le dialogue interne à travers des réunions tournantes ;
 Instituer des voyages d’échanges et d’études entre plates formes membres du REPAOC.
 Diffuser le document de l’étude sur les alpc.

DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS SUR DEUX ONG GUINEENNES – REGION DE BOKE
Stéphanie Cornioley, travaille pour le Country Information Research Centre (CIREC), à Lausanne, en Suisse. Le CIREC est une association indépendante qui a pour objectif de fournir des informations dequalité sur les pays d’origine, notamment dans le cadre des procédures d’asile.

Mandaté par le Service d’Aide Juridique aux Exilés, à Lausanne, afin de mener une recherche concernant la Guinée. Dans le cadre de cette recherche, nous cherchons à obtenir des renseignements concernant deux associations basées en Guinée. J’ai pensé qu’en tant que réseau des Plates-formes d’ONG d’Afrique de l’Ouest et du Centre vous seriez peut-être en mesure de fournir quelques renseignements, ou m’aiguiller vers quelqu’un qui saurait me renseigner.

Les deux associations que je cherche à contacter sont:
Kakandé Future Action pour le Développement (KFAD)
Cellule d’appui pour le développement intégré (CADI) de Boké

Après plusieurs échanges sur les dossiers concernés, le demandeur se dit satisfait de la qualité et la crédibilité des informations en provenance du secrétariat du FONGDD. Le dossier est déclaré clos à notre niveau, mais le processus continu au niveau de la demanderesse.

V. CONCLUSIONS :

L’exercice 2011 a été une année de prise de conscience collective des enjeux et défis auxquels le FONGDD devra faire face. Cet élan collectif s’est fait remarqué tant au niveau de la mobilisation des membres que dans la mobilisation des ressources malgré un environnement austère.
Et en dépit des difficultés liées au contexte que vit le pays, le FONGDD a su développer et renforcer par endroit des partenariats au profit des membres : il s’agit entre autres
• Au plan national : le PNUD Guinée, le Projet Faisons Ensemble, le CNOSCG, le Conseil Social Economique, l’USAID, l’Ambassade des Etats-Unis, OSIWA ………
• Au plan régional et international : REPAOC, CEDEAO, Coordination Sud et le Forum International des Plates Formes

Autant d’acquis que le FONGDD doit renforcer et explorer dans l’avenir d’autres pistes de partenariat en vue d’élargir son champ d’action à travers des projets et programmes.