RAPPORT D’ACTIVITES 2009

Conakry, janvier 2010

SOMMAIRE

I. INTRODUCTION 3
II. CONTEXTE DE MISE EN ŒUVRE 4
III. L’ANALYSE DE LA SITUATION NATIONALE 6
III.a. plan politique 7
III.b. plan économique et social 7
III.c. évolution de la société civile (CNOSC) 8
IV. LA VIE INSTITUTIONNELLE DU FONGDD 8
V. ACTIVITES ET PARTICIPATION AUX ATELIERS 10
V.1. Activités 10
V.1.1. atelier de diffusion étude de plaidoyer sur la
traite des enfants en guinée 11
V.1.2. assemblée générale ordinaire 11
V.1.3. proposition de tdr au CNDD 11
V.2. participation aux rencontres 12
V.2.a conférence débats sur l’administration Obama 12
V.2.b campagne mondiale pour l’éducation 12
V.2.c les 100 jours de Obama 12
V.2.d assemblée de REJOUGUIDE 12
V.2.e comité de pilotage du PACV 12 V.2.f atelier validation du rapport croisé CNOSC 12
V.2.g atelier régional de Conakry sur CFSI 13 V.2.h séminaire national du CNOSCG sur CFSI 13
V.2.i atelier national sur le D.O. de SACCO 13
V.2.g atelier nation sur le tree ones 13 V.2.b. le plan régional 13 V.2.b.1 forum des peuples de Bandiagara 13 V.2.b.2 évaluation des 3A et de Paris 14
VI PARTENARIAT 14 et 15
VII. BUDGET 16
VIII DIFFICULTES 16
IX PERSPECTIVES 17
X CONCLUSIONS 17
XI A NNEXES 18
I. INTRODUCTION
La République de Guinée couvre une superficie de 245857 km2 pour une population estimée à 9.3 millions d’habitants en 2005. Toutefois avec 300 km de littoral atlantique, la pluviométrie la plus abondante de la région ouest africaine et un sous-sol réputé très favorisé par la diversité de ses richesses, les conditions de vie de la population demeurent pourtant parmi les plus faibles du continent.

En dépit de son potentiel de développement considérable, le pays traverse une crise économique et sociale sans précédente, marquée par un net ralentissement de la croissance, une inflation en forte augmentation, des difficultés de paiement du service de la dette et une aggravation sensible de la pauvreté. Alors que le taux de croissance économique annuel moyen était de d’environ 4% durant la décennie 1990, depuis 2000 ce taux est tombé a environ 2.5% en moyenne, un taux inférieur à celui de l’accroissement naturel de la population (3.1% par an) et nettement en dessous des objectifs de la stratégie de la réduction de la pauvreté (5% en moyenne entre 2002 et 2005). En 2002, près de la moitié de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté et près de 1/5 vivait dans l’extrême pauvreté à 2006, le suivi des objectifs du millénaire pour le développement montre peu ou pas de progrès en dehors de l’avancé notoire vers la scolarisation universelle

C’est dans cette situation en dégradation sociale qui a plongé le pays dans un d’espoir total résultant d’un blocage de dialogue social entre autorités et populations le tout caractérisé par une corruption et de l’impunité totale que le Forum des Forces Vives regroupant en son sein (les Partis Politiques, les Syndicats, la Société Civile …..) a organisé le 28 septembre 2008 au stade du même nom, un meeting de protestation à la candidature du Président de la junte. De représailles sanglantes et meurtrières par la junte a endeuillé plus d’un guinéen. En termes de conséquences, on peut noter que des situations regrettables, selon l’OGDH :
 Plus de 150 morts
 Plus de 40 femmes violées
 Plus de 1500 blessés
 La paralysie totale des activités confondues du pays
 Un disfonctionnement notoire de l’administration
 La disqualification à bloc des membres du Gouvernement et du CNDD par la communauté internationale
 La démission partielle des membres du gouvernement.
 La condamnation de la junte et ses complices par la Communauté Internationale
 La suspension de l’aide bi et multilatérale des partenaires au développement
 La suspension de la guinée dans tous les espaces internationaux de concertation
 l’interdiction formelle de voyager sur l’espace de l’Union Européenne des membres du CNDD, du gouvernement, des personnes directement liées au CNDD et de l’ensemble de leurs familles.

Au regard de ces actes d’agissement, d’incontrôlé et d’abus de la part de l’armée, la communauté internationale sans commune mesure a qualifié cet acte comme étant un « crime contre l’humanité » et conséquemment, les procédures internationales doivent s’appliquer sur les auteurs de ce massacre odieux.

En terme de mesures immédiats, la communauté internationale unanimement s’est accordée sur :
 Condamne l’acte de barbaries de l’armée guinéenne, notamment orchestré par le chef de la junte Capitaine Moussa DADIS CAMARA et ses complices ;
 Mise en place d’une commission internationale d’enquête en vue de situer les responsabilités et les auteurs de ce crime du 28 septembre 2009 au stade de Conakry
 Le choix d’un médiateur en l’occurrence le Président Blaise COMPAORE
 Délocaliser les travaux du groupe de contact sur la Guinée au Nigeria pour raison de sécurité.
 La suspension immédiate du partenariat technique et financier

II. CONTEXTE DE MISE EN ŒUVRE DES ACTIVITES :
Le décès du président Général Lansana CONTE le 22 décembre 2008 et qui a dirigé le pays durant 24 ans, de 1984 à 2008 sans partage et avec une main de fer. Dès après l’annonce du décès, l’armée à travers le CNDD (Conseil National pour la Démocratie et le Développement) dirigé par le Capitaine Moussa Dadis CAMARA a pris le pouvoir le 23 décembre 2008

Le changement intervenu au sommet de l’Etat a suscité un ouf de soulagement au sein des populations, soutenu par l’ensemble des forces vives
Aussitôt, la junte a :
 suspendu la Constitution
 dissous l’Assemblée Nationale
 dissous le Gouvernement
Elle a aussi exprimé la volonté politique de procéder a :
 la tenue des élections libres, démocratiques et transparente à partir de décembre 2010
 assainir les fichiers de la fonction publique et des finances
 restaurer l’autorité de l’Etat
 lutter contre les narco trafiquants et le grand banditisme
 nommer un premier ministre civil
 la reconduction de la CENI
 la poursuite du processus de recensement bio métrique

Cette volonté manifeste des autorités du moment a été largement saluée par le peuple de guinée, ses partenaires et amis des pays africains.

En dépit de cette intention démocratique de la junte, la communauté internationale à travers la CEDEAO, UA, UE, la Francophonie et les Nations Unies ont émis de réserves et condamner la prise du pouvoir par l’armée le 23 décembre 2008 et exhortée en même temps la junte à respecter ses engagements de départ et le retour du pays à l’ordre constitutionnel.
Pour conquérir les cadres de concertation internationaux, le CNDD pour justifier ses intentions démocratiques et bénéficié du soutien de tous a mis des jalons qui ont amené les uns et les autres à s’embarquer dans la dynamique du changement démocratique, il s’agit entre autre :

 Sur le plan politique :
• l’émergence des Partis Politiques qui passent de 46 en 2008 à 96 en 2009
• la nomination d’un premier ministre civil
• La mise en place d’un cadre de concertation national des acteurs de la vie sociopolitique, ce qui du coût a aboutit au consensus de la tenue des élections présidentielles en fin 2009
• La mise en place d’une structure internationale autour du dossier guinéen, il s’agit de GIC-G (Groupe International de Contact Guinée devant accompagner le processus de démocratisation et assurer la garantie et la crédibilité des engagements de la junte
 Sur le plan économique :
• mise en place d’une commission d’audit et de moralisation de la gestion publique
• le recouvrement des créances de l’Etat à travers la commission de recouvrement nationale
• la mise en place d’un guichet unique à la banque centrale
• l’indépendance et l’autonomisation de la banque centrale de la république (BCRG)
• la révision des conventions minières

 Sur le plan sécuritaire :
• la création d’un département en charge de lutter contre les narcotrafiquants et le grand banditisme ;
• la création d’un département en charge de la protection présidentielle

 Sur le plan de la justice :
• la création d’un département intitulé secrétariat d’Etat chargé des conflits, qui du coût se substituait à la justice sans aucune forme de maîtrise de texte de lois et de règlements en vigueur.

Ces dispositifs ci dessus indiqués rassurait tout le monde de la volonté manifeste de la junte à respecter les engagements à organiser les élections libres, démocratiques et transparentes conformément au chronogramme définit de commun accords acteurs impliqués dans le processus.

Mais en vain peu à peu, les dérives sont constatées ça et là par les tenants du pouvoir. Et comme disait l’autre « le pouvoir rend l’africain fou », le chef de la junte développe avec ses camarades une politique dite « d’humiliation et de confusion » totale quant à l’interprétation de ses engagements à ne pas se présenter aux élections.

Par un schéma de s’éterniser au pouvoir, la junte entretien des mouvements de soutien par ci et par là qui ont conduit le pays dans une véritable crise politico sociale sans précédent et plonger du coût le pays dans un isolement total, sur le plan sous régional, régional et international.

C’est le début d’un véritable calvaire qui s’amorce soutenu par l’entêtement très remarqué par le clan DADIS et ses proches. L’intérêt du pays est compromis par la naïveté et l’inexpérience du pouvoir en place.

III. L’ANALYSE DE LA SITUATION NATIONALE

III.a. – SUR LE PLAN POLITIQUE
Pratiquement l’année 2009 n’a connu que le changement des hommes à la tête de l’Etat, les pratiques et la volonté de compromettre le processus démocratiques ont demeuré sur tout le parcours de l’année. Ainsi, il est possible de déduire que l’année 2009 est la suite logique de l’année 2008 qui au demeurant a plongé le pays dans une crise socio politique sans précédent, avec pour exception l’isolement total du pays et la suspension très remarquée de l’aide au développement.

Malgré plusieurs tentatives de dialogue entre le pouvoir et l’opposition, les efforts sont restés infructueux, la junte a pensé confisquer et le pouvoir et le processus démocratique à son compte au détriment de la volonté du peuple de guinée.
Cette situation incertaine a favorisé la création de clans d’intérêt tant au sein du gouvernement qu’au niveau des populations avec pour corollaire l’instauration d’une situation de tension sociale indescriptible.
Il est aussi important de comprendre qu’au sein même de l’armée (Force de défense et de Sécurité), des divisions étaient visibles, ce qui du coût a amène le pouvoir à procéder à des arrestations de grandes envergure, toute pratique qui alimente d’autres dimension de la crise sociale.

Les faits marquants sur le plan politique en guinée, se résument ainsi qu’il suit :
 La mise en place d’un gouvernement conduit par un premier ministre civil, chef du gouvernement
 la mise en place d’un cadre de concertation des acteurs de la vie socio politique
 Mise en place d’une structure internationale d’appui et de suivi des accords à la guinée (GIC G)
 l’ordonnance de mise en place du CNT (Conseil National de Transition), très contesté par le forum des forces vives
 l’événement du 28 septembre 2009 au stade
 Mise en place d’une commission internationale d’enquête sur les événements du 28 septembre 2009
 la tentative d’assassinat du chef de la junte par son aide de camp
 Evacuation médicale du président Capitaine Moussa DADIS CAMARA pour l’hôpital militaire de Rabat (Maroc)
 La nomination du Ministre de la Défense comme président par intérim
 La mort du Doyen BAH Mamadou, président honoraire du l’UFDG (Union des Forces Démocratiques de Guinée), survenue le 06 mais 2009 à Paris de suite de maladie. Doyen BAH plus de 20 ans durant a mené de combats politiques pour le rayonnement des vertus de la démocratie et de la justice. Il est l’un des artisans du forum des forces vives, qui ont pris l’option de dénoncer les exactions du pouvoir et de l’armée.

III.b. – SUR LE PLAN ECONOMIQUE ET SOCIAL
L’indexation de la guinée comme un pays à régime antidémocratique par les bailleurs de fonds et les institutions internationales a conduit ceux-ci à suspendre leurs aides au pays dans maints domaines. Avec le gèle de l’aide extérieure, le pays s’est trouvé dans une situation économique des plus difficiles dont on souffert aussi les ONG/ASSOCIATIONS. Une situation exacerbée par la dévaluation vertigineuse de la monnaie aux conséquences multiples (flambée de prix sur le marché, baisse du pouvoir d’achat, paupérisation sans précèdent e la population, baisse du chiffre d’affaires des entreprises, entre autre.

Comme on pourrait s’y attendre en pareille circonstance, la situation sociale va être insupportable et conduit la population à des soulèvements aux conséquences incalculables, c’est le cas du 28 septembre qui mobilisé selon certains chiffres plus de 100000 personnes pour juste exprimer leur rap de bol aux agissements du pouvoir en place et de dire non à la candidature des membres du CNDD, conformément à leur engagement de départ.

III.c. – L’EVOLUTION DE LA SOCIETE CIVILES (CNOSCG)
En dépit de multiples difficultés orchestrées et entretenues par le pouvoir en place en vue d’empêcher ou de nuire l’élan militantisme des acteurs de la société civile, le CNOSCG et ses démembrements n’ont lésiné sur leurs moyens pour faire entendre leurs voix pour le pouvoir en vue de prendre en compte les préoccupations du moment.

Cela s’est matérialisé par la nomination du chargé de la communication du CNOSCG au poste du ministre de la Décentralisation et du Développement Local, qui malgré tout a porté le discours de la société civile au sommet de l’Etat. Malgré les multiples interpellations du pouvoir par rapport au danger qui guède le pays et aux conséquences regrettables, le pouvoir est resté indifférent et développe la politique de sourde oreille.

Toutefois, les acteurs de la société civile bénéficiant de la notoriété tant sur le plan national qu’international face à la crise sociale et à l’entêtement du pouvoir, a toujours envisagé de propositions de sortie de crise, en multipliant de contacts allant dans le sens de favoriser le dialogue social, condition sine qua non de sortie de crise.

C’est pourquoi au niveau du Forum des Forces vives, le CNOSCG joue le rôle du premier plan, de leitmotiv en terme de :
 proposition d’action et d’anticipation
 d’organe d’accompagnement politique et d’interpellation

Sur le plan régional, Africain et international, le CNOSC bénéficie de par ses expériences et de son savoir faire à conduire de façon démocratique et transparente le changement tant attendu par le peuple de guinée au prix de multiples sacrifices. Et c’est pourquoi, le CNOSCG, l’organe fédérateur des acteurs de la société civile est membre clé :
 du GIC G (Groupe International de Contact sur la Guinée)
 de l’UE (Union Européenne)
 de l’UA (Union Africaine)

La bataille de la démocratisation à travers des élections crédibles, démocratiques et transparentes, constitue le véritable défis pour les acteurs de la société civile guinéenne et tant que le pari n’est pas gagné « le combat continu » dixit Ben Sékou SYLLA, Président du CNOSCG.
Cela va s’en dire que la ré mobilisation citoyenne doit faire l’objet d’une orientation affichée et convaincante par tous.

Il faut signaler et soutenir que l’ossature du CNOSC est constituée par les représentants à part entière du FONGDD. Donc, le Forum des ONG, on ne peut plus clair apporte de façon très considérable au processus irréversible de changement en vue de donner à la guinée après 50 ans de son indépendance, une vie convenable et profitable à tous ses fils, sans discrimination aucune.

IV. LA VIE INSTITUTIONNELLE DU FORUM DES ONG
Le changement opéré au niveau du Secrétariat Exécutif pour raison personnelle, a permis de donner un souffle nouveau au fonctionnement institutionnel du FONGDD. Le nouveau de par sa compétence et expérience avérée dans la gestion et l’accompagnement requis dans le monde des ONG a facilité non seulement le décollage et induire le caractère associatif impliquant de facto l’ensemble des acteurs toute pratique allant dans le sens de rassurer les uns et les autres ainsi que partenaires

L’année 2009, malgré les multiples soubresauts que le pays a connus et la rareté des ressources, le FONGDD a gardé son identité et a évité à tout prix à aller sur des pistes devant le conduire à des pratiques honteuses. Il faut le saluer avec déférence et honnête intellectuelle cette position.

Le FONGDD a essayé de répondre au questionnement de l’exercice 2008 qui imposait entre autres recommandations.
 La redynamisation des acquis institutionnels

Malgré les multiples condamnations et l’isolement du pays, tant sur le plan national, africain qu’international, le FONGDD a servi de bréviaire de réponses aux différentes questions que des partenaires, aussi bien membres du REPAOC que partenaires du REPAOC, avaient besoin pour satisfaire leur curiosité et préoccupations sur la situation de la guinée. Ils sont nombreux d’avoir exprimé leur soutien au mouvement associatif guinéen pour la gestion de l’épreuve de septembre 2009. Entre autre soutien, on peut citer :

o Le Réseau des PlateFormes Nationales des ONG de l’Afrique Centrale « RPONGAC »
o Le Réseau Nigérien des ONG de Développement et Associations de Défense des Droits de l’Homme et de la Démocratie « RODADDHD «
o Les membres du REPAOC pris individuellement au nombre de 08 : Réseau des Plates Nationales d’ONG de l’Afrique Occidentale et du Centre
o Le REFAMP GUINEE : Le Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires
o Le REFMAP : Le Réseau des Femmes du Fleuve Mano pour la Paix

Le fait le plus marquant dans la vie du Forum en 2009, est sa dotation d’un cadre juridique national. La reconnaissance nationale en terme d’ONG lui permet désormais d’accéder facilement aux projets et programmes d’envergure nationale, non seulement, mais de se hisser dans le groupe des ONG du premier rang tant au niveau national, sous régional et régional.
Ce mécanisme juridique renforce le positionnement du Forum au niveau du CNOSCG et clarifie de façon précise le fonctionnement interne et les relations entre les membres
La réactualisation du fichier des membres actif, a aussi permis de cerner réellement les forces et les faiblesses ressenties durant la vie du FORUM, cet état de fait, à conduit de profondes réflexions ayant aboutit à de propositions concrètes de relance et de redynamiser le fonctionnement et du Secrétariat Exécutif et le Bureau Exécutif. Il est assorti par un tableau descriptif (annexe), des rubriques par domaines d’intervention et des progrès enregistrés durant la vie de chaque ONG membres.

V. ACTIVITES MENEES ET PARTICIPATION AUX ATELIERS SUR LE PLAN NATIONAL ET INTERNATIONAL

Au nombre des activités réalisées courant 2009, il y a lieu de s’en féliciter du résultat obtenu par la grâce de Dieu et de l’implication sans complaisance de certains membres du FONGDD qui n’ont rien ménagé pour donner de coup de pouce, soit en nature, soit en espèce afin de permettre au Forum de répondre à temps et efficacement aux attentes des uns et des autres.

V. 1 ACTIVITES MENEES :
v.1.1 -Tenue de l’atelier national de diffusion du rapport de plaidoyer sur la « traite des enfants » : Organisé à Conakry et a mobilisé le besoin tous les acteurs ayant de liens directs ou indirects dans la gestion des enfants en République de Guinée, il s’agit notamment :
 Du Comité Interministériel chargé de l’enfance (Ministère des Affaires Sociales, Ministère de la Justice, Ministère de la Sécurité, Ministère de la Santé et du Ministère de l’Education ……..)
 De la Direction Nationale de l’Education du Préscolaire et de l’Enfance
 Des Organisations Internationales (UNICEF, IFES, Plan Guinée, OIM, …………….)
 Des ONG Partenaires (WEG, SABOU GUINEE,
 Des ONG membres du FONGDD

L’organisation de cet atelier a permis de rendre consommable le résultat de l’étude, non seulement, mais a posé et ressortis les véritables préoccupations liées à l’enfance et les niveaux de responsabilités qui constituent de véritables défaillances. Au centre des préoccupations, il faut citer entre autre :
 la faiblesse de l’autorité parentale
 la faiblesse de l’autorité régulatrice de l’Etat
 le chevauchement des interventions sur le terrain des dizaines d’intervenants dans le secteur
Il va s’en dire que le résultat de cette étude servira de socle d’appui, d’interpellation et d’alerte en direction de tous sur l’enjeux, les défis, car le constat révèle que le phénomène de traite des enfants existe dans toutes ses formes en République de Guinée et de façon récurrente et persistante aux regards impuissant des acteurs de la Société Civile.
Cet outil de plaidoyer est un véritable repère d’orientation stratégique et politique pour notre pays.

v.1.2. – L’Assemblée Générale Ordinaire du FONGDD : Finalement la tenue de l’AG a eu lieu après plusieurs moments de répit liés au contexte socio politique de notre pays.

L’AG du 12/12/2009 a permis de répondre aux multiples attentes des uns et des autres, car elle a favorisé non seulement la gouvernance interne, mais aussi instaurer un climat de confiance tant au niveau même des membres qu’à l’endroit des partenaires institutionnels, Techniques et Financier.
Il était inscrit à l’ordre du jour de cette AG, trois points essentiels, à savoir :
 Adoption des rapports d’activités
 Le renouvellement des organes et instances du FONGDD
 Divers

Il faut noter que le point le plus marquant et attendu, était le deuxième point qui au demeurant a fait couler beaucoup de salive et d’encre. Au terme des débats, le consensus des participants s’est prononcé sur l’élection des membres conformément au tableau ci-après :

RESULTAT DE L’ELECTION DE BUREAU DU CONSEIL D’ADMINISTRATION
Par le système de vote à bulletin secret, les membres statutaires ont procédé à l’élection du nouveau bureau de Conseil d’Administration, dont la composition est la suivante :

v.1.3 – Réalisation de projet de TDR sur la « Transition » en République : Pour une transition réaliste, réalisable et apaisée, le FONGDD sous la conduite du CNOSCG s’est investi très largement dans la recherche de solution, de moyens et des alternatives à travers des actes concrets et soutenu par des supports didactiques aux membres du CNDD, du gouvernement et plus singulièrement au président de la République. Cette démarche se voulait simplement de prévenir les éventuelles crises sociales qui en ont découlé plu tard dû essentiellement à l’entêtement du pouvoir et de ses acolytes.

V.2 – PARTICIPATIONS AUX RENCONTRES
v.2. a. Sur le plan national :
v.2.a.1 – Conférence débats, organisée le 04 février 2009 à l’Ambassade des USA sur « la nouvelle administration Américaine », le conférencier, Dr Arun Kapil, professeur de sciences politiques, affaires internationales et études islamiques à l’université catholique de Paris et American University of Paris. Sur vidéo projection, les participants ont apprécié le changement et le mérite du nouveau locataire de la maison blanche, son parcours et les mérites qui comblent tout un espoir pour sauver l’humanité de ses turpitudes du passé.

v.2.a.2 – Campagne Mondiale pour l’Education : organisée par la Coalition Nationale Guinéenne du 1er au 05 et dont le clou a eu lieu le 06 mai 2009 au palais du peuple. Cette année le thème portait sur « l’Alphabétisation des jeunes et des adultes, formation tout le long de la vie »

v.2.a.3 – Conférence débats le 19 mai 2009, sur « les 100 premiers jours de l’administration Obama ». Le conférencier, un éminent professeur de sciences politiques, auteur et consultant en politique Américaine, Dr Lorenzo Morris, s’est prêté aux questions des participants. L’ensemble des travaux ont été réalisés sur vidéo conférence, étant entendu que le conférencier se trouvait à Paris (France).

v.2.a.4 – Assemblée Générale de REJOUGUIDE (Réseau des Journalistes Guinéens pour la Protection des Droits de l’Enfants). Cette session ordinaire a permis de renouveler l’organe du C.A. et les instances. Le cadre choisi est la salle de conférence de l’UNESCO en République de Guinée à la date du 21 mai 2009.

v.2.a.5 – Première session ordinaire du Comité de Pilotage du PACV tenue le 21 au 23 mai 2009 à Kindia. Les participants ont planché sur :

• Examen du rapport d’activités 2008
• Examen du programme d’activités 2009
• Examen des révisions du manuel de procédure
• Divers.
Cette session a été sanctionnée par un rapport qui défini les nouvelles orientations imprimées au PACV durant les prochaines années, avec bien sûr la validation du rapport de l’exercice précédent (2008).

v.2.a.6 – L’atelier de validation du rapport croisé sur la situation sociale et économique de la République de Guinée (2006 – 2007) assorti d’une étude prospective à court terme pour 2011. Il vise fondamentalement trois objectifs :
• Contribuer à faciliter la mise en œuvre ;
• Renforcer l’expertise de la société civile dans sa contribution à la mise en place des politiques publiques
• Mettre à disposition de tous les acteurs de développement des outils d’analyse du contexte social et économique de la Guinée
L’atelier organisé par le CNOSCG a eu lieu le 09 juin 2009 dans la salle de conférence de l’INRAP à Donka.

v.2.a.7 – L’atelier régional du CROSC de Conakry dans le cadre de la mise en œuvre du programme de partenariat du CFSI/CNOSCG dénommé du local au National., axé sur le partage et de concertation autour de l’étude diagnostic réalisé sur l’étendue de la ville de conakry.

v.2.a .8 – Séminaire national sur la connaissance des réalités régionales dans le cadre de la mise en œuvre du programme de partenariat entre le CNOSCG et le CFSI (Comité Français pour la Solidarité Internationale) autrement appelé du « Local/National » tenu à Dabola du 17 au 19 juillet 2009.

v.2.a.9 – Atelier national de restitution de l’étude portant sur le diagnostic organisationnel et institutionnel du SACCO, organisé par le Ministère de la Décentralisation et du Développement Local, le 30/07/2009 à conakry.

v.2.a.10 – Atelier de validation des documents :
• Rapport évaluation du Three ones
• Mise en place du Forum des Partenaires
Organisé par le Secrétariat Exécutif du CNLS avec l’appui technique de l’ONU SIDA, le 02/12/2009

V.2.b. Sur le plan régional et international :

v.2.b.1 – Forum des Peuples de Bandiagara (République du Mali) : Le 8ème Forum des Peuples, organisé par le CAD Mali les 8, 9 et 10 juillet 2009 à Bandiagara, situé à 750 km de Bamako, a regroupé près 800 personnes venant de partout au monde (Afrique, Asie, Amérique, Europe), en riposte au sommet du G8 placé sous la présidence Italienne et qui se tiendra à Aquila, en Italie, aux mêmes dates. Dans l’agenda du G8, il est mentionné de poursuivre le dialogue avec les pays dits « émergents », de dégager les voix et les moyens pour réaliser les dits OMD, de continuer les négociations sur le changement climatique et de scruter le développement de l’Afrique autour de quatre enjeux :
• Sécurité alimentaire
• santé globale
• eau et assainissement
• Education
Pour dénoncer cette politique et cette institution qui n’a aucun mandat d’élaborer des programmes et stratégies de développement au non de l’Afrique, le CAD Mali, les mouvements sociaux et d’autres pays africains se mobilisent depuis 2002.
La rencontre de Bandiagara s’est fixée comme objectifs :
• consolider la mobilisation citoyenne en faveur du développement
• informer les participants sur la crise financière internationale et ses effets sur les pays en développement
• analyser les politiques de développement et proposer des alternatives de lutte contre l’ordre néolibéral et pour la libération du développement de tous les secteurs économiques
Le Forum de Bandiagara a été un véritable succès en termes de participation, de contenu et de l’intérêt que les communautés de la région de Mopti ont éprouvé tout le long du séjour.

En conclusion, il a été dénoncé par les participants de la confiscation du forum par les OSC Mali, or l’esprit du forum est international voir continental. Alors a été demandé à la commission d’organisation de faire de projets inhérents devant couvrir l’ensemble des pays ayant manifestés le besoin d’organiser

v.2.b.2 – L’atelier régional de Dakar du 05 au 07 octobre 2009 axé sur l’évaluation de la déclaration de Paris et les 3 A (d’Acra). Essentiellement porté sur l’efficacité de l’aide dans les pays participants et qui dans le cadre d’un suivi responsable des organisations de la Société Civile devrait servir d’outil de suivi accompagnement du pouvoir public pour un respect rigoureux des engagements pris au nom des peuples des pays respectifs.
Pour réussir ce pari, il est convenu de s’inscrire dans une dynamique régionale devant permettre d’accompagner des OSC en difficulté dans la mise en œuvre des principes de Paris et les 3 A (Agenda pour l’Action d’Accra)

Il faut aussi noter que cette thématique de l’efficacité de la dette au niveau de FONGDD est porté par le CECIDE, membre et spécialisé dans les questions de commerce. Il a pris part à toutes les instances et fait partie intégrante de la commission internationale d’organisation.

Le clou du séjour Dakarois s’est porté sur un atelier de 1 jour, tenu par la commission internationale de l’observatoire des PMA (Pays Mois Avancés). Cet atelier a permis de bien cerner les tenants et les aboutissants des PMA. D’abord quels sont les pays PMA ? Quels sont les critères d’identification ? Quels sont les indicateurs d’appréciation pour sortir des PMA ? Autant de questions qui ont permis à la mission d’avoir d’amples informations

Le dossier guinéen a fait l’objet de débats, quant on sait que de décennies durant le pays est véritablement confronté au problème de gouvernance et de gestion des affaires publiques, les participants ont flétri, dénoncé et condamné les événements du 28 septembre 2009. Cette intention est soutenue par une déclaration dite déclaration de Dakar.

VI. – PARTENARIAT :
Dans le cadre du partenariat, le Forum s’est illustré de façon active et efficace à renforcer les dynamiques nationales, sous régionales et régionales et internationales en apportant ses expertises à travers les différentes communications et participations dans les différents espaces. Il s’agit entre autre :

VI.1 – CNOSCG : Structure faîtière des organisations de la Société civile. Le Forum, par l’acquittement de ses engagements participe à côté des ses paires activement à l’émergence d’un mouvement social accru de plus en plus responsable face au destin de son peuple. La distinction du forum se fait remarquée par la présence du nombre important de ses mandants au plus haut niveau du BE du CNOSCG. Mais aussi la contribution efficace et efficiente aux débats politiques, soutenu par les propositions allant dans le sens d’influencer positivement les décisions au plus haut sommet de l’Etat

VI.2 – REPAOC : Le Forum des ONG, membre à part entière du Bureau du Conseil d’Administration, il s’est fait distingué très largement sur des questions d’ordre interne à l’espace REPAOC, mais a apporté sa contribution au rayonnement du réseau dans les espaces de concertation internationale.
Le REPAOC a servi de pont pour la mise œuvre du programme UNDEF, qui dans sa phase de clôture a permis au FORUM de supporter des frais :
• structurels
• la maintenance du parc informatique du cyber associatif.

C’est justement dans cette rubrique que le S.E. du FONGDD a reçu une série de documentations relatives à l’évaluation du programme UNDEF qui est définitivement clôturé fin de l’année en cours, il s’agit :

• QUESTIONNAIRE DE RECUEIL D’INFORMATIONS A L’ATTENTION DES PLATES-FORMES ET DU SECRETARIAT DU REPAOC AYANT PARTICIPE AU PROGRAMME UNDEF Avril 2007 – Avril 2009
• LISTE DE CONTACTS POUR L’EVALUATEUR
Les détails de cette rubrique sont consignés dans le contenu de l’annexe du présent rapport.

Il faut noter à sa juste dimension que le programme UNDEF a aussi permis au FONGDD de se doter de la connexion LOURA qui pour raison de coût reste supportable pour la gestion des connexions tant au niveau national qu’international, du moment.

VI.3 – COORDINATION SUD : une ONG Française à dimension internationale qui apporte d’appui très considérable aux ONG, Réseaux et Plates Formes nationales, sous régionales et régionales d’Afrique. Les appuis sont de l’ordre :
• Structurel et
• D’action de plaidoyer en faveur du développement ou de la réduction de la pauvreté dont les objectifs sont focalisés sur les interpellations du pouvoir de l’Etat et des institutions nationales et internationales des multiples enjeux.

L’année 2009 en plus de l’appui accordé, le FONGDD a proposé un projet devant couvrir en une période de 8 mois inclusivement au niveau structurel et une action de plaidoyer axé sur : « la détention et la circulation illicite des armes de guerre en république de guinée ». Ce projet en deux volets est apprécié et en la forme et dans son contenu par les Responsables de Programme au niveau de la Coordination Sud.

VII. – BUDGET :
Le budget de l’exercice 2009 a été largement en dessous de la prévision dû essentiellement au non respect des engagements collectifs des membres. Cependant, il faut ressortir de l’engagement individuel de certains membres qui pour raison de sauver la maison commune, ont accepté volontiers à apporter de contributions dites volontaires. Ces contributions volontaires ont permis de soutenir et le fonctionnement et le coût partiel de certaines activités, non seulement, mais aussi de marquer la présence du FONGDD dans les espaces de rencontres nationales et internationales.
La plus grande partie du budget a été prise en compte par l’appui du REPAOC qui, il faut le souligner est un apport considérable pour lier tout ce que le Forum envisageait de faire.
Il faut que le FORUM arrive à mobiliser suivant sa propre stratégie des ressources propres devant soutenir l’ossature de son budget et que l’appui externes soient un appoint ou additionnel à la prévision.
Pour illustrer ces défaillances, les détails sont consignés dans le tableau du budget, joint en annexe du présent rapport.

VIII. – DIFFICULTES :
L’année 2009 a été le prolongement de l’exercice précédent qui se justifie par le non engagement et l’implication effective des membres du FONGDD dans le processus de gestion des affaires. Ainsi, les difficultés peuvent se résumer comme suit :
o l’insuffisance des ressources propres (cotisation)
o le dysfonctionnement du BE et du C.A.(1/7)
o l’insuffisance d’engagement des membres
o le non fonctionnement effectif des commissions de travail
o Manque de rencontres ordinaires et extra ordinaires des membres
o l’indifférence des membres face aux besoins criards du secrétariat exécutif
o Manque de projets devant soutenir le fonctionnement et les activités
o Manque d’accompagnement du Secrétariat Exécutif
o Le cumul de fonctions de certains membres affaiblis le dispositif organisationnel et le mécanisme de fonctionnement du FONGDD.

Il est aussi à noter que les membres après l’analyse du constat mené près de chacun affichent des optimismes quant à l’avenir certain du FONGDD, mais pour en venir, souhaitent que des reformes soient effectives au sommet de l’instance, c’est-à-dire que l’AG soit rendue effective à la satisfaction de tous. Sinon affirment ils, les défis ne sont pas insurmontables et affichent la volonté accrue d’accompagner le FONGDD à la recherche de solutions appropriées pour une sortie de crise

IX. – LES PERSPECTIVES POUR 2009.

 L’organisation d’un atelier de diagnostic organisationnel et l’élaboration de son plan stratégique budgétisé ;
 L’élaboration d’un programme de renforcement des capacités institutionnelles du FONGDD qui prend en compte les membres et le personnel d’exécution en cours ;
 Le renforcement du partenariat avec le REPAOC d’une part, les plateformes membres et de la Coordination SUD, d’autre part ;
 L’organisation des consultations nationales sur le rôle de la société civile dans l’amélioration de l’efficacité de l’aide, suivant les recommandations d’Accra sur les 3A.
 La relance des négociations avec l’AFVP, le SCAC et COORDINATION SUD pour l’affectation d’un volontaire aux le FONGDD ;
 La mobilisation des ressources interne et externe.
 La réactualisation du répertoire du fichier des membres du FONGDD
 Renforcer les acquis nationaux, régionaux et internationaux.
 Redynamiser le fonctionnement du B.E. et du C.A.
 Renforcer le système de fonctionnement du Secrétariat Exécutif.
 Renforcer le partenariat interne entre les membres du FONGDD avec la tenue régulière des rencontres ou réunions (ordinaires et extraordinaires)

X. – CONCLUSION :
Au delà de tout commentaire, il faut remercier la Vice Présidente qui s’est battue bec et oncle et au sacrifice même de sa poche et sa santé pour sauver le patrimoine commun, d’une part, mais aussi de l’engagement personnel de certains membres à accompagner les efforts de la vice présidente pour tous les résultats obtenus, il s’agit notamment : du CENAFOD, de ACORD GUINEE et de la COFEG.
Le renouvellement des organes et instances du FONGDD augure un véritable espoir quant à son avenir, aux regards des engagements des uns et des autres à s’impliquer de près ou de loin à la vie du FORUM, car le FONGDD constitue le dénominateur commun pour le mouvement associatif en République de Guinée.

QUESTIONNAIRE DE RECUEIL D’INFORMATIONS A L’ATTENTION DES PLATES-FORMES ET DU SECRETARIAT DU REPAOC AYANT PARTICIPE AU PROGRAMME UNDEF Avril 2007 – Avril 2009

Organisation : Forum des ONG pour le Développement Durable

Acronyme : FONGDD

Pays : République de Guinée (Conakry)

Prénom : Malick

Nom : SOUMAH

Qualité : Secrétaire Exécutif

Téléphone : (00224) 62 90 81 10 / 60 26 88 54 / 64 31 84 62

Email : forumguinee96@yahoo.fr / malicksoumah2006@yahoo.fr

Indicateurs de réalisation :

1) Etudes

A) Avez-vous mené une étude ou plusieurs études de plaidoyer. Si oui sur quel thème ?
Oui
Une (01) étude a été menée, autour de : « la Traite des Enfants en Guinée »

B) Comment avez-vous initié l’étude ?
– Sur la base de constat en guinée mais aussi dans les pays voisins
– Existence de faits réels et récurrents
– Préoccupation nationale et sous régionale
– Problématique commune et transversale des pays de la sous région et membre du REPAOC

C) Comment avez-vous procédé à sa validation au niveau de votre plate-forme nationale ?
– Sous forme de focus groupe
– Entretien semi structuré
– Mise à disposition individuelle du document en vue de recueillir les amendements ou contribution des uns et des autres

D) Avez-vous organisé un atelier de restitution ? Si oui quand et auprès de quels publics ?
Oui, après la validation à l’interne, nous avons procédé à la restitution le 21 avril 2009 au public cible
– Les ONG nationales et Internationales membres du FONGDD
– Les membres du Comité Interministériel de Lutte contre la Traite et l’exploitation des Enfants
– Les Institutions Internationales intervenant dans l’Enfance

E) Avez-vous procédé à la publication et la distribution de l’étude ? Si oui, en combien d’exemplaires ? Auprès de qui avez-vous adressé l’étude et ses recommandations ?

Oui
– 50 exemplaires
– Les ONG nationales et Internationales membres du FONGDD
– Les membres du Comité Interministériel de Lutte contre la Traite et l’exploitation des Enfants
– Les Institutions Internationales intervenant dans l’Enfance
– Le Gouvernement à travers le Ministère des Affaires sociales, de la Promotion Féminine et de l’Enfance
– La Presse nationale et Privée

F) Quel accueil a-t-il été réservé à l’étude ?
Intéressement total pour la raison que la question de la traite des enfants en Guinée fait de nos jours une véritable casse tête tant pour le Gouvernement que pour les institutions et ONG intervenant dans l’enfance et de plus en plus les fauteurs s’organisent et essaient de contourner les dispositions réglementaires en vigueur

2) Plaidoyer auprès des autorités compétentes

A) Pouvez-vous indiqué les grands rendez-vous institutionnels auxquels votre plate-forme nationale d’ONG a pris part entre le 1er avril 2007 et le 30 avril 2009 ? Merci de citer au moins 3 moments forts.
– Participation à la rencontre de Cotonou sur l’aide publique au Développement tenue en novembre 2008
– Le Forum Social Ouest Africain de Lomé tenu en janvier 2008
– Campagne Mondiale pour l’Education, organisée par la Coalition Nationale Guinéenne sur le thème : « Alphabétisation des jeunes et des adultes, formation tout au long de la vie » tenue en avril 2009 à Conakry

B) Votre plate-forme a-t-elle selon vous bénéficié d’une visibilité grandissante auprès des pouvoirs publics et de l’opinion publique nationale ? Pourquoi ?
Le FONGDD est la première plate forme constituée en République en 1996 après la constitution des ONG féminines. A ce titre, le FONGDD a été très actif dans la mise en place du CNOSC (Conseil National des Organisations de la Société Civile) en assurant la mobilisation des acteurs à différents niveaux

3) Pôle d’échanges et de communication : cyberespace

A) Votre plate-forme nationale d’ONG a-t-elle mis en œuvre la création d’un cyberespace ?
OUI

B) Combien d’ordinateurs le programme UNDEF vous a-t-il permis d’acheter ?
Le programme UNDEF a permis au FONGDD d’obtenir cinq (05) ordinateurs PC et accessoires (onduleurs, photocopieur, scanner imprimante hp laser Jet 1020)

C) Combien d’ordinateurs ont-ils été mis à disposition du cybercentre ? Si une différence existe entre le nombre d’ordinateurs achetés et le nombre d’ordinateurs mis à disposition du cybercentre, merci de préciser pourquoi.
04 ordinateurs ont été mis à la disposition du cybercentre, la différence au nombre de 01 va servir au secrétariat exécutif pour la gestion des aspects opérationnels et institutionnel du FONGDD.

D) Quel usage est fait du cybercentre ? A quel public est-il ouvert ?
Le cybercentre est à usage commercial au tarif préférentiel, contrairement aux autres centres de la place. Il est ouvert à priori aux membres du FONGDD, aux partenaires techniques du service public et privé, aux étudiants et élèves vivant à proximité, à l’associations/ONG ne disposant pas de moyens suffisants de se connecter dans de centres privés.

E) Comment avez-vous communiqué autour de la création du cybercentre ?
Au cours des réunions de l’organisation
Les échanges de mail entre membre
Des communications à des rencontres, ateliers ou autres réunions de partenaires

F) Comment prévoyez-vous de pérenniser le cybercentre à l’avenir ?
En plus des ressources internes du FONGDD, un plan de pérennisation a été élaboré. Ceci pour non seulement assuré le maintient des équipements mais aussi le traitement du personnel chargé de gérer le centre à court, moyen et long terme (Winchester).
En dépit des dispositions envisagées pour rendre opérationnel le centre, il faut noter que le FONGDD a rencontré de sérieux problèmes de fonctionnement dû en grande partie au coût exorbitant de frais de d’abonnement et de connexion mensuelle (75 USD par mois et par ordinateur). Cet état de fait a amené le FONGDD à résilier le contrat avec AFRIBONE qui ne donne pas de possibilité de subsistance au FONGDD limité dans la mobilisation de ressources
Cependant, les réflexions sont en cours pour trouver de solutions alternatives.

G) De manière générale, quel a été l’impact selon vous du Pôle d’échanges et de communication ?
L’impact le plus marquant du pôle d’échanges et de communication a été de servir aux associations émergentes qui pour un départ n’ont pas de ressources suffisantes pour mener à bien leurs activités. Un cadre de rencontres périodiques et d’échanges autour des questions d’intérêt publique ou spécifiques. L’appui à la rédaction de projets, et la mise à relation
avec d’autres acteurs

4) Avez-vous créé un site Internet ? Si oui, à quelle adresse est-il hébergé ?

A) Qui assure l’animation du site web ?
Oui, W.W.W forumdesong.org
L’animation du site web est assurée par le secrétaire exécutif, mais le changement intervenu à ce niveau depuis janvier 2009 demande une formation rapide du nouveau secrétaire exécutif par le secrétaire permanent du REPAOC
B) Combien d’articles avez-vous publié ? Quelle est la fréquentation du site ?
Le site n’est pas réellement fonctionnel faute d’actualisation et surtout le déficit de mise en œuvre du plan de formation du secrétaire exécutif.

C) De manière générale, quel a été selon vous l’impact du site web ?

Le site permet de porter non seulement les informations fraîches et d’actualité au monde entier, notamment aux partenaires directs et indirects du REPAOC, mais également de recevoir au retour des informations d’intérêt international, aussi d’échanger avec d’autres sur des questions communes.

5) Formations, ateliers, séminaires

A) Avez-vous participé en tant que membre du REPAOC à un atelier, séminaire, formation ? Si oui à quelle date, et sur quel thème ?
Participation à la rencontre de Cotonou sur l’aide publique au développement en novembre 2008
Participation du FONGDD à la deuxième Assemblée générale du REPAOC en avril 2008
Participation au Forum des Organisations des Sociétés Civiles des pays islamiques à Thiès du 10 au 11 mars 2008 en marge de la Conférence de l’OCI
Participation au Forum Social Ouest Africain de Lomé en janvier 2008
Participation à Niamey au Forum social africain en décembre 2008
Participation du FONGDD au forum des plates formes nationales de Paris du 31 octobre 2008
Participation à l’atelier de constitution de la COPAGEN (Coalition Africaine pour la Protection du Patrimoine Génétique) Guinée en avril 2007
Participation à l’atelier de lancement du projet FAISONS ENSEMBLE en octobre 2007
Participation à l’atelier de validation du Code des Collectivités en novembre 2007
Participation des organisations membres du FONGDD à l’atelier de lancement du projet PROJEG en novembre 2007

B) En quoi ces événements ont-ils contribué à renforcer votre plate-forme nationale d’ONG ?
La participation à toutes les instances internationales a permis au FONGDD de se positionner non seulement dans les concerts des plates formes nationales, mais aussi de renfoncer les capacités institutionnelles et structurelles de ses membres à travers le contenu et la représentativité à ces différents niveaux de rencontres
5) Services aux membres

A) Quels types de services avez-vous rendu vos membres pour la période 1er avril 2007- 30 avril 2009 ?
La mise à disposition de documents et informations obtenus du REPAOC et d’autres plates formes
Echanges périodiques sur le fonctionnement du FONGDD
Compte tenu de la diversité en termes de domaine d’intervention, le FONGDD par délégation attribue des activités et coordonne le processus de mise en œuvre, à ses membres suivant les domaines de compétence

B) En quoi l’appui structurel de l’UNDEF, les cyberespace, le travail de plaidoyer et les séminaires organisés dans le cadre du programme ont-t-il permis de renforcer vos services aux membres ?

La participation de l’UNDEF au programme de FONGDD à tous les niveaux constitue un véritable ouf de soulagement, en ce sens que les différents appuis ont permis de réaliser d’importants programmes et activités.
C) Vos services ont-ils été améliorés sur cette période ?
Oui, l’obtention des matériels informatiques et autres équipements a favorablement contribué à renforcer et à améliorer les qualités du travail au niveau de la plate forme FONGDD.

6) De manière générale, en quoi le programme UNDEF a-t-il selon vous contribué à renforcer le dialogue de la société civile en faveur de la démocratie ?
A) au niveau national ?
Par le fait que le CNOSC est dirigé par le FONGDD,
Par le fait que le FONGDD est consulté sur toutes les questions d’intérêt national
Par le fait que le FONGDD est membre fondateur et acteur clé du CNOSC
Le soutien inestimable de UNDEF au FONGDD a permis d’impulser la dynamique de dialogue démocratique au sein des acteurs de la société civile et qui fait de la structure faîtière une plate forme de concertation nationale des acteurs de la société civile. Aujourd’hui, dans cette période de transition le CNOSC et ses membres constituent des acteurs incontournables aux yeux des autorités à tous les niveaux

B) au niveau de l’Afrique de l’Ouest et du Centre ?

Au niveau des plates nationales de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, le FONGDD apprécie à sa juste dimension, les concertations mutuelles que développent les uns et les autres
Le cas par exemple du Niger qui traverse une situation de crise constitutionnelle a aussitôt réagi et bénéficié du soutien des autres plates formes du continent
REPAOC à travers son secrétariat permanent fait de choses extraordinaires en l’endroit du FONGDD en termes de mobilisation d’information documentaire sur le fonctionnement et l’état de vie des autres plates formes nationales.

C) au niveau international ?
Les relations avec la Coordination Sud constituent un véritable partenariat fécond et responsable qui favorise ainsi au renforcement des acquis de la société civile guinéenne à travers le FONGDD.

REPERTOIRE DES MEMBRES DU FORUM « FONGDD »
N° NOM DE L’ONG DOMAINES D’INTERVENTION ADRESSES RESPONSABLE

1

A.E.A.I.
Aide et Action Internationale  Accès et qualité de l’Education
 Petite enfance
 Education inclusive
 Education au développement durable et à la citoyenneté mondiale
 Education à la vie
 Education à la santé
 Migration
 Urgence et post urgence
 Education des filles et des femmes Quartier Cameroun, Commune de Dixinn en face du siège de NESTILE, Conakry

Tél : 63 35 10 36
BP : 4613
aea.conakry@aeaguinee.org

MBODJ
Oumar

Administrateur du programme

2

CECI
Centre d’Etude et de Coopération Internationale  Gouvernance démocratique et développement local
 Développement économique (rural et urbain) basé sur les secteurs agro alimentaire
 Gestion et promotion du volontariat international et national
 Promotion et mise en œuvre de l’égalité entre les hommes et les femmes Dadya- Kipé, Commune de Ratoma

Tél : 60 22 06 74
diand@ceci.ca

3000, rue Omer-Lavalée
Montréal (Québec), Canada H1Y 3R8
Tél : 514-875-9911
Fax : 514-875-9461
www.ceci.ca

DIALLO
Mamadou Dian

Directeur
3 AJUPE
Association des Jeunes Universitaires pour la Protection de l’Environnement  Agro foresterie
 Arboriculture
 Aménagement de bas fond
 Santé communautaire et environnemental
 Alphabétisation/Poste alpha Commune Urbaine de Labé
Tél : 00224 60 20 67 52
62 25 25 44
BP : 179 – Labé
ajupe07@yahoo.fr
DIALLO
Mamadou Maladho

Président
4 IFES
Fondation Internationale pour les systèmes électoraux  Renforcement de capacité de société civile
 Dialogue social
 Politique
 Elections
 Education civique
 Etat de droit Quartier Cameroun, commune de Dixinn

Tél : 64 66 67 69
ifes-guinee@biasy.net

64 26 80 24
60 26 31 68
tasibi2002@yahoo.fr
COTE
Elisabeth

Représentante

SYLLA
Mountaga

5

CECIDE
Centre de Commerce International pour le Développement  Promotion des droits économiques
 Politiques et systèmes économiques (analyse et suivi)
 Agriculture
 Genre et commerce
 Formation et communication
 Paix et conflits
 Gouvernance
 Commerce et environnement
 Coopération ACP et U.E. Quartier Cameroun, corniche nord (cour SOGUICO)

Tél : 60 21 37 49
63 40 45 99
64 25 89 16

BP : 3768 – Conakry
cecidegn@yahoo.fr
bakaryfofana@hot.mail.com
FOFANA
Bakary

Directeur Exécutif

Kabinet CISSE
Responsable de Programme
6 ADIC
Association d’Appui au Développement des Initiatives Communautaires  Education Civique
 Alphabétisation fonctionnelle
 Edification d’infrastructure (socio économique)
 Développement rural et environnement
 Protection de l’Enfance Commune Urbaine de Kankan
30 41 27 78 / 68 31 50 88
60 58 42 40

Antenne : Conakry
adicconakry89@yahoo.fr
adickankan@yahoo.fr
KABA
Elhadj Karamo Fiman

Directeur Exécutif

Sadibou SYLLA
Assistant au D.E.
7 OVODEC
Organisation des Volontaires pour le Développement Economique et Culturel  Alphabétisation
 Education Civique
 Infrastures (Ecole, Centre de Santé)
 Appui aux élus locaux Quartier Cameroun, Commune de Dixinn
Tél : 60 29 19 69
63 29 19 69
yero_bob@yahoo.fr

DOUMBOUYA
Elhadj Boubacar Bella
Directeur Exécutif
Lamine TRAORE
Secrétaire Exécutif

8

ACORD
Association de Coopération et de Recherches pour le Développement
 Souveraineté/sécurité alimentaire
 Prévention et gestion de conflits
 Appui aux activités d’AGR
 Valorisation des savoirs locaux Commune de N’Zérékoré, quartier Momou

Agence de Conakry : Dixinn Port ex banque crédit national, 3ème étage

Tél : 60 58 86 42
62 30 17 18
64 28 33 26
BP : 1653 – Conakry
mackybahgui@yahoo.fr
BAH
Elhadj Macky

Coordinateur National
9 COFEG
Coordination des ONG Féminines de Guinée  Education
 Santé
 Développement rural
 Entreprenariat féminin
 Environnement
 Droits des femmes et des enfants
 Leadership féminin Conakry, Immeuble KEBE (1er étage), avenue de la République

Tél : 00224 60 58 77 78
Cofeg2002@yahoo.fr
sdarba@yahoo.com
Mme KABA
Hadja Saran DARABA

Présidente

10

G.E.
Guinée Ecologie

 Protection de l’environnement 210, rue DI 501, Dixinn, en face de la Pharma guinée

Tél : 60 28 79 94
madousalioupop@yahoo.com

DIALLO
Elhadj Mamadou Saliou

Coordinateur

Ibrahima Sory CONTE
Responsable Ressources H
11 DVV International
Institut Allemand pour l’Education des Adultes  Alphabétisation
 Education/environnement
 Appui au développement institutionnel des ONG
 Appui aux AGR Quartier Minière, Commune de Dixinn
Tél : 60 21 84 43
67 18 18 10
ddv-@sotelgui.net.gn

HIRSCH
Esther
Représentante ddv Internationale Afrique de l’Ouest.

12

AGBEF
Association Guinéenne pour le Bien Etre Familial  Santé d la reproduction
 Planification familiale
 Développement communautaire
 Education informelle
 Bonne gouvernance Quartier Dixinn Port, Commune de Dixinn (Corniche)

Tél : 30 46 23 65
BP : 1471
agbfippfar@yahoo.fr
tambalou@hotmail.com

60 58 89 03/62 81 35 11
moussacondelenine@yahoo.fr
TAMBALOU
Dr Robert Sarah
Directeur Exécutif

Moussa CONDE
Président du C.A.

13

ECODEV
Echanges et
Co développement

 Environnement
 Arboriculture fruitière
 Coopération décentralisée
 Partenariat Commune urbaine de Labé
Tél : 6O 52 05 99
65 84 97 08
67 21 94 99
BP : 141 – Labé
soumaorofodé@yahoo.fr

abdoulgn1@yahoo.fr

Toulouse : France
Tél : +33666041225 (Président)
0033686085276 (Trésorier comptable)
ecodev31@yahoo.fr
ecodev@neuf.net
En Guinée
SOUMAORO
Fodé
Coordinateur

Abdoulaye DIALLO
Responsable Administratif
67 21 91 99

DIALLO Ousmane
Président

14

CENAFOD
Centre Africain de Formation pour le Développement

 Développement local
 Professionnalisation du monde rural
 Expertise populaire
 Démocratie et la bonne gouvernance
 Appui à l’auto évaluation des actions Quartier Taouyah, Commune de Ratoma, près de petit lac
Tél : 00224 42 12 09
22 07 79
BP : 1580
cenafodgn@biasy.net
syllamark@yahoo.fr
60 29 98 44
64 40 47 16
bensekou@yahoo.fr
64 24 22 06 SYLLA
Ben Sékou

Président

Aboubacar SYLLA
Directeur Exécutif

15

CEGUIFED
Centre Guinéen de Formation et d’Education pour le Développement  Alphabétisation fonctionnelle
 Protection de l’environnement
 Formation des adultes
 Appui aux initiatives communautaires (AGR)
 Appui à la structuration des associations et ONG
 Promotion des droits de la femme et de l’enfant
 Promotion de la démocratie et de la bonne gouvernance
 Suivi et évaluation des activités de développement Quartier Hamdallaye, Commune de Ratoma, immeuble Touba, route de Prince

Tél : 60 55 98 20
BP : 2493
ceguifed@yahoo.fr

thiernoalioudiaoune@yahoo.fr
Tél : 64 55 53 52
62 25 00 45 SANO
N’Fansou
Directeur Exécutif

DIAOUNE
Thierno Aliou

Président du C.A.
16 ADIFRATT
Association pour le Développement Intégré, pour la Formation, la Recherche et l’Appui Technique  Décentralisation
 Gouvernance
 Etudes et Recherches
 Prévention et gestion de conflits
 Droits Humai
 Appui technique Commune Urbaine de Dubreka
67 35 11 70
60 35 11 70
64 31 19 48
barrytotya@yahoo.fr

BARRY
Mamadou Totya

Secrétaire Exécutif
Responsable technique

17 APPEF
Association pour la Promotion et la Protection des Enfants et des Femmes en situation difficile  Protection des femmes et des enfants
 Culture de la paix
 Appui aux initiatives communautaires des femmes
 Protection de l’environnement
 Formations des adultes (andragogie)
 Plaidoyer contre le travail et la traite des enfants Commune Urbaine de N’Zérékoré, quartier Momou

Agence de Conakry : Dixinn Port ex banque crédit national, 3ème étage
Tél : 63 58 84 59
60 58 84 59
BP : 5162

bahodic@yahoo.fr

BAH
Amadou Oury

Coordinateur
18 AFVP  HOISSOU
Eric

19 BED
Bureau d’Entraide pour le Développement

Quartier Kaporo, Commune de Ratoma
Tél : 60 52 02 49 KOIVOGUI
Ibrahima
20 ADEHASO
Association pour le Développement de l’Habitat Social  Mise en place et encadrement des ASAT sur l’ensemble du territoire national
 Appui aux collectivités décentralisées pour le suivi des activités des ASAT
 Soutien aux jeunes diplômés sans emploi en vu de leur insertion dans le circuit économique pour l’habitat
 création des centres de formation pour jeunes aux métiers liés à la construction
 mise en place d’un bureau permanent de suivi (composé de toutes les parties considérées pour le renforcement du partenariat public, privé pour la réalisation de programme et de construction de logements sociaux Commune de Kaloum, 4ème avenue, rue des Finances
Tél : 62 21 34 35
lamachristiane@yahoo.fr
BP : 2513
63 87 35 87
62 21 34 35
60 25 42 85
adehaso@yahoo.fr

Mme SAKHO
Christiane LAMA
Secrétaire Générale

CISSOKO
Sékou
Président
21 CAD
Centre d’Appui au Développement
 Développement Communautaire
 Développement d’Entreprise
 Lutte contre les IST/VIH SIDA
 Protection de l’environnement Immeuble CAD T3 Petit Simbaya, Commune de Ratoma
BP : 1264 – Conakry
65 25 02 64 / 65 25 06 79
65 95 97 32
cad@biasy.net

65 95 97 32
fodekt@yahoo.fr
KOUROUMA
Mamadi Khonès
Directeur Exécutif

Fodé KEITA
Chargé du Développement
22 ASG
Association SIDALERTE GUINEE  Prévention (IEC/CCC)
 Pirise en charge psycho social des PVVIH et OEV
 Recherches (Etudes CAP, DPC etc..)
 Renforcement de capacités Quartier SIG Madina, Commune de Matam
BP : 2539 Conakry
60 37 87 85 / 60 29 15 32
60 37 87 85 / 62 29 15 82
Sidalerte2010@yahoo.fr
DIANE
Ibrahima

Coordinateur
23 INADER
Institut National pour l’Appui au Développement Rural  Agriculture et Elevage
 Gestion et commercialisation des produits agricoles
 Gestion durable de l’environnement
 Gestion des groupements et coopératives
 Gestion des collectivités décentralisées
 Gestion des filières agricoles et élevages
 Elaboration et gestion des microprojets
 Elaboration de supports pédagogiques
 Evaluation de projets et animation d’auto évaluation des projets de base
 Diagnostic participatif (DP)
 Modération d’atelier
 Ingénierie de formation
 Méthodologie de recherche participative du milieu
 Elaboration et mise en œuvre de plans de développement communautaire

Quartier Kipé DADIA, Commune Urbaine de Ratoma

BP : 4656 Conakry
64 45 29 81
60 58 90 62

inadergn@yahoo.fr

BAH
Thierno Mamadou

Directeur Exécutif
24 CICADEF
Centre d’Appui aux Initiatives Communautaires pour le Développement en faveur des Enfants et des Femmes  Eau et assainissement
 Environnement
 IEC
 Sécurité alimentaire
 Prévention contre les IST/VIH SIDA
 Prévention et gestion de conflits Quartier Simbaya Gare, Commune de Ratoma

B.P : 1569 Conakry
63 49 97 46 / 60 20 08 46

Sicadef19@yahoo.fr
BAH
Abdoulaye Bademba

Directeur Exécutif

Madame Dia Fatoumata DIALLO

Présidente
25 APSEG
Association pour la Promotion de la Santé et de l’Education en Guinée  Santé
 Lutte contre les IST/ VIH/SIDA
 Etudes
 Education
 Protection des Enfants
 Formations Quartier Dixinn Port (FONGDD), Commune de Dixinn

Tél : 62 22 51 11

E.mail : bk_diane@yahoo.fr

DIANE
Bangaly

Président
26 ASED
Association Sauvons des Enfants Déshérités  Santé
 Education
 Protection et promotion des droits humains
 Promotion de la bonne gouvernance Commune Urbaine de Dabola
B.P. : 1896

Tél : 60 55 35 97
Mail : asauved@yahoo.fr DIALLO
Alpha Madiou

Président du C.A.
I

ETAT FINANCIER 2009 FONGDD

PROCES VERBAL DE L’ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU FONGDD A LA DATE DU 12 DECEMBRE 2009 A CONAKRY

L’an deux mille neuf et le 12 décembre de 09 heures 10 à 16 heures 15, s’est tenue dans la grande salle de formation du CNPG de Donka Conakry, l’Assemblée Générale ordinaire du Forum des ONG pour le Développement Durable « FONGDD » ;

Etaient invités à cette importante assise, les membres constitutifs du FONGDD, les Partenaires Techniques et Financiers et des observateurs.

Placée sous le signe de la « Promotion de la Gouvernance interne », il est inscrit à l’ordre du jour les éléments suivants :

1. Présentation des Rapports bilans
2. Renouvellement des Organes et instances
3. Divers

Après avoir vérifié la présence effective des membres statutaires par la présentation individuelle, les participants se sont prononcés sur le processus de gestion organisationnelle et ont approuvé dans leur majorité l’ordre du jour de la présente session. Ainsi, la session a pu démarré.

D’entrée de jeu, le Président du Conseil d’Administration sortant, Mr. Ben Sékou SYLLA a remercié l’ensemble des membres du FONGDD et singulièrement la Vice présidente qui n’a ménagé aucun effort pour tenir la maison commune et ce au prix de multiples sacrifices. Il a également réitéré sa conviction en l’avenir du FONGDD avant de rappeler en substance le parcours du Forum des ONG. Le président sortant a décrit la situation socio politique et économique de la Guinée qui depuis 2004 connaît des crises considérables. Dans un tel contexte, le FONGDD n’est pas resté en marge pour envisager de solutions idoines de sortie de crise. Un environnement socio politique qui n’a pas milité en faveur de l’émergence d’un mouvement associatif fort. Mais cependant, le FONGDD a résisté à tous les aléas et constitue de porter des initiatives au sein des Forces vives dans les consultations au niveau national et de participer aux dynamiques régionale et internationale. A ce titre le FONGDD est membre fondateur du Réseau des Plateformes d’Afrique de l »Ouest et du Centre (REPAOC). Le FONGDD bénéficie des appuis de ce réseau qui ont largement contribué au fonctionnement de l’organisation. C’est une fierté.

Il conclut en souhaitant plein succès au nouveau bureau qui sera élu et demande à tous les membres leur implication effective dans la vie du FONGDD en respectant les engagements pour le bon fonctionnement de l’organisation.

PREMIERE ETAPE PRESENTATION DES RAPPORTS ET ADOPTION

La présentation des rapports bilan par la Vice Présidente sortante, Mme Saran TOURE à travers un brillant exposé a marqué cette deuxième étape. Un bilan (activité et financier) qui a retenu l’attention des participants au regard des commentaires, remarques et questions pertinentes soulevées. Il s’agit entre autres des activités des réseaux non prises en compte dans les rapports, l’absence d’analyse des demandes d’adhésion. Le cumul des rapports d’activités a aussi fait l’objet de critiques. A toutes ces questions, des éléments de réponses ont été donnés.

Sous réserve d’intégrer les amendements en vue d’améliorer le contenu (quelques acquis importants des réseaux thématiques et l’analyse des nouvelles demandes d’adhésion), les rapports bilan ont été adoptés à l’unanimité des participants.

DEUXIEME ETAPE : ELECTION DES MEMBRES DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Pour le renouvellement des instances, il a été procédé à la vérification des membres statutaires, le rappel des critères d’éligibilité et l’adoption du mode de scrutin. Le vote à bulletin secret, a été retenu et les membres statutaires ont procédé à l’élection du nouveau bureau de Conseil d’Administration, dont voici la composition:

N° Prénom et Nom Organisation Postes Contacts
1 Hadja Saran TOURE COFEG Présidente 60 23 33 73
Sarantoure2000@yahoo.fr

2 Aboubacar SYLLA CENAFOD 1er Vice Président 60 29 98 44/64 40 47 16
syllamark@yahoo.fr

3 Elhadj Macky BAH ACORD GUINEE 2ème Vice Président 64 28 33 26/60 58 86 42
mackybahgui@yahoo.fr

4 Fodé KEITA C.A.D. 1er Trésorier 65 95 97 32
fodekt@yahoo.fr

5 Mamadou Dian DIALLO CECI GUINEE 2ème Trésorier 60 21 63 01
diand@ceci.ca

6 Moussa CONDE AGBEF Membre 60 58 89 03/65 81 35 11
moussacondelenine@yahoo.fr

7 Mahawa SANO Aide et Action Membre 6 0 54 13 38/62 54 13 38
sanoansoumane@yahoo.fr

Il reste entendu que les porteurs des quatre thématiques, sont d’office membres du Conseil d’Administration.

TROISIEME ETAPE : LES QUESTIONS DIVERSES

L’Assemblée générale a été informée par la Vice présidente sortante de l’acquisition d’un agrément de reconnaissance nationale, découlant bien entendu des documents juridiques soumis au département de tutelle (statuts, règlement intérieur, code de conduite et de déontologie). Ce qui renforce la crédibilité du Forum.

Dans le cadre du partenariat avec d’autres réseaux, l’Assemblée a été informée du partenariat avec le REPAOC. Le FONGDD entend renforcer son image au sein du REPAOC. Il entend également développer un partenariat fécond avec Coordination Sud, la plateforme nationale des ONG Françaises. Un projet d’appui institutionnel et de réalisation d’étude sont encours d’examen avec ce partenaire.

RECOMMANDATIONS :

Les participants recommandent au nouveau bureau de commanditer une étude diagnostic du FONGDD dont les conclusions détermineront la nouvelle mission et la vision de l’association dans un contexte qui a beaucoup évolué. Une étude qui devra aboutir à l’élaboration du plan stratégique du FONGDD.

CONCLUSIONS :

Le nouveau Bureau du Conseil d’Administration à travers sa Présidente Mme Saran TOURE, a remercié les membres du FONGDD pour leur participation de qualité à cette session.

Elle remerciera plus particulièrement le facilitateur Fodé KEITA du CAD, qui a su circonscrire l’assemblée en lui imprimant son caractère règlementaire et toute sa légitimité.

Le nouveau Bureau compte sur l’ensemble des membres pour l’accompagner dans cette dynamique de changement et à relever les multiples défis parmi lesquels ; la représentativité régionale, l’élaboration d’un plan stratégique et sa mise en œuvre, la mobilisation des ressources internes et externes etc…).

L’ordre du jour étant épuisé, le président de séance a remercié tous les participants pour leur disponibilité et la qualité de leurs contributions de qualité aux débats.
La séance a pris fin à 16 heures 15

Conakry, le 12 décembre 2009

Président de Séance Rapporteur de séance
Fodé KEITA Malick SOUMAH